fbpx
@

Après la Première Guerre Mondiale, il reste de belles prouesses à réaliser dans le massif du Mont-Blanc. Des professionnels comme Armand Charlet s’y emploient, de plus en plus d’amateurs aussi. Mais les guides de Chamonix se retrouvent sous le feu des projecteurs pour une autre raison : dans une période politique troublée, ils symbolisent le courage, l’audace, la solidarité à toute épreuve. Des qualités qui font du guide un héros parfait pour le cinéma et la littérature de l’époque. C’est la naissance du mythe du « premier de cordée », titre du roman de Frison Roche. 6ème épisode de la série Bicentenaire des guides.

C’est l’histoire de Pierre Servettaz, un jeune Chamoniard dont le père, guide, a été foudroyé en pleine ascension. Pierre veut redescendre le corps de son père dans la vallée mais il se blesse gravement à la tête. Entouré de ses amis, il va se battre pour ré-apprivoiser la montagne et réaliser son rêve : devenir guide à son tour. L’histoire de Premier de Cordée,  Roger Frison-Roche l’écrit au jour le jour, au début de l’année 1941 pour La dépêche algérienne. Le jeune journaliste a passé une douzaine d’années à Chamonix avant de découvrir le désert puis de s’installer à Alger avant la guerre. Il n’a aucune idée du succès que va connaître son feuilleton, publié en intégralité chez Arthaud quelques mois plus tard.

Mais ce n’est pas par hasard si Frison-Roche invente des personnages qui parlent si bien aux lecteurs de l’époque, qui leur donnent de l’élan pour affronter la dureté de la guerre en cours. Depuis plusieurs années déjà, le guide de haute-montagne est devenu un héros de fiction, et le massif du Mont-Blanc un décor prisé. (…)

. . .

Copy link