fbpx
@

Certains Grenoblois enthousiastes comparent la traversée du Grand Pic de Belledonne avec celle de la Meije. Par les temps qui courent, ce sera peut-être une courte mais belle alternative un jour. Entre la rencontre de Gaspard de la Meije lui-même et la crête triplement hérissée, petite plongée dans une incontournable traversée.

« Si t’es jamais monté au Grand Pic, t’es pas un vrai Grenoblois ». Le gars me dit ça comme ça, de but en blanc, en finissant sa pinte d’un air fier. Comme si la « grenoblité » était une finalité. Je rie sans raison, je pouffe de l’apparent bouffon. Pourtant, il y’a souvent un peu de vrai dans la philisophie de comptoir, quand un pilier parle de pic, tard le soir. Et à force de traverser le Grésivaudan chaque jour, en lorgnant sur la grande fresque de Belledonne, j’avoue avoir souvent été titillé par l’idée de pouvoir en fouler la cime (2 977m). Ah le perpétuel mobile du point culminant aux yeux du grimpeur ! Ah ne plus prendre la fuite à chaque discussion estampilée 38. En route pour le test de nationalité.

Les cliques, les claques, les potos partants, le matos dans le carosse, c’est parti pour la classique des classiques. Quoi, vous n’êtes jamais montés au Grand Pic ?

(la suite pour les abonnés)

. . .

Copy link