@

Jean-Luc Rigaux a été le photographe de la dernière expédition nationale française. C’était en 1979, au K2, aux côtés des Mellet, Seigneur, Cordier, Boivin, Paragot, Berardini et autres Beghin. Objectif ? L’impressionnante arête sud-est, qui deviendra la Magic line sous les crampons de Reinhold Messner. Plongée dans cette incroyable expédition, dont le matériel high tech de l’époque et la logistique en font peut-être l’une des plus imposantes de l’histoire de l’himalayisme. Photos et souvenirs passionnants. 

Au chaud et confortablement installé dans mon canapé, comme bien d’autres, j’ai suivi en live la progression et le succès de cette formidable équipe d’alpinistes népalais qui a réussi la première hivernale du K2. Cette ascension est une prouesse sportive colossale qui ne peut qu’inspirer l’admiration et le respect, tout comme les tentatives suivantes qui se sont soldées au mieux par un échec et au pire avec la disparition tragique de plusieurs alpinistes.

Cette actu m’a fait remonter quelques souvenirs et oser un hasardeux comparatif sur les us et coutumes entre deux éxpés au K2 à 40 ans d’intervalle. 

Septembre 1979, camp de base, avant que le dormeur ne sorte de sa tente. ©Jean-Luc Rigaux

Flashback 

Début 79. Je trouve un message sur mon répondeur en provenance de la FFM (il n’y avait pas encore le E de l’escalade à l’époque). Il sera suivi dès le lendemain d’une rencontre avec Yannick Seigneur et me voilà désigné photographe de l’expédition nationale d’alpinisme en partance pour le K2… Pas plus compliqué que çà de toucher le

Copy link