fbpx

Everest, des cimes et des dieux Portfolio

L’Everest est un aimant qui attire les prétendants, anonymes ou célèbres, chaque printemps. L’automne, ou le début d’hiver, est la saison propice des humbles marcheurs au Népal. Des cimes implacables, des vallées lentes, ponctuées de chorten et de temples, cernés de glaciers et de montagnes géantes : le Khumbu a ceci d’inoubliable qu’il est incroyable d’y voir tant de beauté, inépuisable pour le photographe. Voici le fruit d’une itinérance photographique au pays des cimes et des dieux. 

©Jocelyn Chavy

Katmandou.

Voyage après voyage j’ai atterri là, près du stupa de Bodnath, lieu sacré autour duquel les pèlerins bouddhistes – et une bonne partie du quartier de Chabahil – viennent tourner rituelllement très tôt le matin.

Le Bodnath, axe du monde pour tous, bouddhistes ou hindouistes, ou pour soi, îlot bouddhiste peu regardant et bienveillant. Le Bodnath, porte d’entrée dont le pied est aussi accessible que le sommet en est intouchable. Comme l’Everest ?

©Jocelyn Chavy

©Jocelyn Chavy

Lukla n’est pas qu’un aérodrome. C’est une petite ville champignon posé sur un rebord de montagne, où un pilote a eu l’idée saugrenue de poser un avion un jour, ce qui a raccourci le trek pour voir l’Everest de deux semaines.. Lukla est sur la liste noire des aéroports, mais tout le monde s’en fout. Comme sur l’Everest, comme pour le Mal Aigu des Montagnes, chacun pense que ça va tomber sur la pomme de quelqu’un d’autre. Et prie.

Namche Bazaar. Un marché, ravitaillé par les Tibétains dont la qualité d’exportateurs de produits chinois sied à la Chine. Au milieu des lecteurs mp3, de la Lhasa Beer et des couvertures bariolées venus à dos de yack, j’y ai vu des textes sacrés, imprimés en Chine on ne sait comment.

©Jocelyn Chavy

©Jocelyn Chavy

Monastère de Tengboche, ou Dawa Choling Gompa. Un monastère à l’altitude de l’Aiguille du Midi, face à l’Ama Dablam. Bienvenue dans le Khumbu. Faire comme les sherpas, habitants du Khumbu : se lever tôt pour fréquenter la puja du matin plutôt que celle du soir, et rencontrer un jeune moine venu d’un village voisin. Pasang Nima m’a ouvert le saint des saints, la bibliothèque du monastère qui abrite les livres de prière les plus anciens, les plus sacrés.

©Jocelyn Chavy

©Jocelyn Chavy

©Jocelyn Chavy

Le Khumbu est un arbre à plusieurs branches, autant de vallées dont l’une conduit à l’Everest, et les autres à des merveilles bien moins connues mais incomparables. Gokyo, et son magnifique lac turquoise, ses lodges blottis les uns contre les autres, presque à l’altitude du mont Blanc.

La vallée de Chukhung, elle, conduit au pied de la plus formidables des parois qu’il m’a été donné de voir : la face sud du Lhotse, 8511m. Depuis le belvédère du Chukhung Ri, 5550m, cela fait environ trois kilomètres, à portée de crampons. Façon de parler : imaginer empiler face nord des Droites, des Jorasses et face ouest des Drus. Dans cet ordre. A huit mille cinq cent mètres.

©Jocelyn Chavy

©Jocelyn Chavy

Everest.

Sachez qu’il est invisible de son pied. Le Toit du Monde demande du recul – une leçon du Bouddha, sans doute. Ni les trekkeurs parvenus aux derniers lodges de Gorak Shep à 5100m ni les prétendants au sommet dormant au camp de base ne voient l’Everest. Le panorama sidérant se dévoile sur un autre belvédère, deux ou trois heures plus haut, le Kala Patthar, 5650m. Le britannique Bill Tilman a découvert l’endroit, en 1950.

A dix-huit heures, la nuit tombe. Tout le monde est parti, chassé par un froid mordant, autour de moins vingt degrés, fin novembre début décembre. C’est l’heure magique de l’afterglow, ces nuances de violet et de rose qui baignent l’Everest, le Nupste (à droite), et même le Lhotse, dont la pointe est visible. J’ai un souvenir ému de ce moment, et seule cette photo en témoigne.

Revenu dans des altitudes plus sereines, les nuits froides restent magnifques. Pluies d’étoiles inoubliables sur des montagnes qui le sont tout autant.

Vous aimez la photo de montagne ? Vous voulez échanger avec les photographes professionels d’Alpine Mag ? Inscrivez-vous aux stages Alpine Creative qui auront lieu chaque jour de 8h à 15h au Chamonix Film Festival, en juin.

Copy link