Installations à l’abandon : démontage d’un téléski à Thorens-Glières et de pylônes électriques au Galibier

Dans les Alpes demeurent parfois des remontées mécaniques, ou des installations qui ne fonctionnent plus. À Thorens-Glières, en Haute-Savoie, le téléski des Terreaux et ses six pylônes ont été démontés ce 5 octobre. Ce démontage s’inscrit dans un dispositif de préservation des paysages soutenu par Domaines Skiables de France. Du côté du Galibier, c’est RTE qui a opéré avec l’aide d’un hélicoptère gros porteur le démontage des restes d’anciens pylônes électriques. 

Si le congrès de la chambre professionnelle des remontées mécaniques, Domaines Skiables de France, qui se tenait la semaine passée, a fait couler de l’encre, ledit congrès a été également l’occasion de rappeler les éco-engagements pris par DSF en octobre 2020. L’objectif étant de préserver la montagne grâce à des mesures d’économie d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de préservation des paysages. Au chapitre de ses éco-engagements figure le démontage des installations obsolètes, remontées mécaniques abandonnées. DSF a réalisé un premier démontage durant l’été 2021 à St-Jean-de-Sixt, avec l’objectif à court terme de démonter 3 vieilles installations par an.

Avant…

…et après

Implication bénévole

Le démontage de ce téléski, long de 675 mètres et de ses 6 pylônes, était voulu par la commune de Thorens-Glières (commune déléguée de celle de Fillière en Haute Savoie), et a été rendu possible grâce  à l’implication bénévole de deux sociétés de remontées mécaniques locales : SOREMAC (Société Remontées Mécaniques Araches Carroz) gestionnaire du domaine skiable Les Carroz et GMDS (Grand Massif Domaines Skiables) gestionnaire des domaines skiables de  Flaine, Morillon, Samoëns 1600 et Sixt-Fer-à-Cheval. Ces deux sociétés ont mobilisé bénévolement leurs équipes et les moyens techniques nécessaires. Elles ont intégralement pris à leur charge le coût financier de ce démontage. Il a fallu évacuer le câble, les perches, le bloc béton du contrepoids, les poulies et les 6 pylônes. 

En 1970, la commune avait entrepris à 1037 m d’altitude, la construction de ce petit téléski entre les hameaux de Mappenaz et du Mont Piton, c’est pourquoi d’ailleurs il était appelé téléski du Mont Piton par les habitants de la région, alors que son nom officiel est « téléski des Terreaux ». Exploité par la commune jusqu’à la fin des années 2000, il était exploité ces dernières années par une association appelée « Montpit », composée de bénévoles. N’étant plus aux normes, il n’était plus en activité depuis l’hiver 2016/2017. 

Les derniers téléskis démontés par DSF sont, en 2021, le téléski du village à St Jean de Sixt (Haute Savoie), la gare de départ du téléski Basse des Feignes à la Bresse (Vosges), et ce téléski des Terreaux à Thorens-Glières en 2022. 

Au Galibier, ce sont plusieurs anciens pylônes électriques qui ont été démontés et emportés par un Super Puma

Le gros chantier du démontage de pylones électriques au Galibier

À l’aide d’un hélicoptère gros porteur, RTE démonte aujourd’hui la ligne électrique 150 000  volts entre Valloire, en Savoie et Briançon, dans les Hautes-Alpes. Pour démonter la majorité de ces pylônes qui pèsent jusqu’à 12 tonnes et mesurent jusqu’à 30 mètres, RTE utilise un hélicoptère gros porteur : le Super Puma. Cette intervention héliportée nécessite une préparation minutieuse et une grande expérience de pilotage. En fonction du poids des pylônes, ces derniers sont démontés d’un seul tenant ou en plusieurs étapes. Au bout d’une élingue de 50 mètres de long, un crochet permet d’attraper une partie du pylône qui a été déboulonnée préalablement et reste maintenue par des broches en attendant l’arrivée de l’hélicoptère. Le démontage de cet axe 150 000 volts entre Valloire et Briançon permet de supprimer 202 pylônes et 57 km de ligne électrique des paysages Hauts-Alpins. Cette semaine c’est la crête du col du Galibier qui a été libérée de ses anciens pylônes.

127 Shares
Copy link