Le chercheur de parois : rencontre avec Christian Ravier

Certains noms marquent les montagnes d’une empreinte indélébile. Celui des frères Ravier rime avec les Pyrénées. Les générations passent mais le lien reste. Christian Ravier, le fils, est l’un des grands guides de la chaine franco-espagnole. Sa passion pour le rocher l’a mené dans d’innombrables parois, dessinant des passages visibles de lui seul. Rencontre avec le passe-muraille pyrénéen aux 250 ouvertures.

En ce début de mois d’août, le soleil est revenu sur les Pyrénées-Atlantiques et Oloron-Sainte-Marie. Le gave d’Aspe y déverse ses flots avec une discrétion analogue à celle de sa vallée natale. Oloron en est la porte d’entrée, bien connue des pèlerins de Compostelle qui entrent ici dans le vif pyrénéen du sujet.
C’est justement à l’ombre de la cathédrale Sainte-Marie que je donne rendez-vous à Christian Ravier, en terrasse chez Chabanne, un café-restaurant connu de tous « Excellent. » me confirme t-il simplement par sms, confortant la réputation de cette adresse.

Fils de

Christian est le fils de Jean, neveu de Pierre, les célèbres « frères Ravier », cordée mythique des Pyrénées aux ouvertures de voies aussi nombreuses qu’audacieuses. À 88 ans aujourd’hui, impossible de résumer leurs 60 années de pyrénéïsme.

Avec une telle ascendance, le choix du fils est souvent radical : couper court et changer de voie (la navigation en haute mer ? Le tennis de table ?) ou alors suivre le même chemin et risquer la comparaison de sa propre histoire avec celle, majuscule, du pyrénéisme. D’ailleurs, les confusions sont inévitables : « On

Copy link