fbpx
@

Un baudrier alpinisme hyper polyvalent et ultra léger

+

Polyvalence

Légèreté

Compacité

Prix, quand même

Conditions du test

Courses de ski-alpinisme post-Covid, et courses d’alpinisme neige, mixte, rocher, en juin et juillet 2020.

Présentation du Choucas Pro, l’ultime évolution du Choucas

On ne présente plus Blue Ice, qui a pris l’habitude de proposer les indispensables de l’alpinisme (piolet, sac, harnais) dans des versions légères, épurées mais pourtant non dénuées de l’indispensable. Soyons clairs : après l’avoir essayé, le Choucas Pro est réellement le baudrier dont on n’a plus envie de se passer pour l’alpinisme. Il fut une époque lointaine où l’alpiniste, Rébuffat en tête, se passait de baudrier, en s’encordant à la taille. Quelques rappels plus tard, il s’apercevait de l’intérêt du baudrier, qui devenait populaire, au point de devenir très confortable. Trop, même : il y a quelques années un « baudar » polyvalent, bardé et renforcé de mousses, dépassait allègrement les 350 grammes sur la balance. Voire pire si vous aviez le malheur de choisir un cuissard réglable aux cuisses, puisqu’au poids de l’ensemble s’ajoutait deux boucles métalliques. Bref, c’est du passé tout ça.

Le vent de fraîcheur est venu du ski-alpinisme, avec des marques comme Camp (il y a plus de dix ans) puis Blue Ice qui ont les premières réinvesti le champ des baudriers ultra légers. Pour la compétition, sûrement, mais aussi et simplement parce que tout le monde, parce qu’il est vieux et qu’il n’aime pas les gros sacs, ou parce qu’il est jeune et qu’il veut aller vite, privilégie désormais les produits hyper légers. Et avec 134 grammes (en taille M) sur la balance le Choucas Pro est vraiment léger.

Héritier du premier Choucas de Blue Ice qui avait un pontet, mais aussi et surtout du Choucas Light, un modèle ski-alpinisme avec 89 g en M, mais contrairement à ce dernier, équipé de deux boucles d’encordement, le Choucas Pro a bien un pontet (ou « anneau d’encordement »). Le Choucas actuel a bel et bien un pontet, et affiche 148 g sur la balance. Alors, que représentent les 14 grammes d’écart entre le Choucas et le Choucas Pro ? Et accessoirement, les 40 euros d’écart (soit le prix d’un entrée de gamme) ?

 

Pontet or not to be

La question de l’utilisation d’un baudrier est primordiale. Alpinisme, rando alpine, escalade… Oui, un baudrier de moins de 100 g est plus sympa à trimballer dans votre sac à dos, mais si une fois mis vous le regrettez au premier rappel, ça ne marche pas. Le Choucas Pro reprend une vraie architecture de baudrier escalade/alpinisme, avec cuissards enveloppants, au contraire de l’architecture « ski-alpinisme » du Choucas qui fait joindre les sangles des cuisses à la ceinture. Un design qui le rend plus agréable en suspension.

Utilisé avec des vêtements relativement épais (du moins au niveau de la ceinture) puisqu’en haute montagne, nous n’avons pas vu de différence avec un baudrier classique (disons à 250 g). C’est aussi la différence avec le Choucas Light (et d’autres modèles du marché) : un pontet (ou anneau d’encordement) est éminement pratique en montagne, que ce soit pour le rappel ou pour toutes les manoeuvres où l’on se relie avec un mousqueton – ce qui est peu pratique voire impossible (selon la taille, la configuration, l’épaisseur des vêtements) avec un baudrier à double boucle d’encordement. Le pontet est le seul système qui permet d’avoir une sangle, un mousqueton, un ou deux brins en même temps, et une longe double pour piolets cascade.

Accessoirisation

 Côté accessoires, le Choucas Pro offre quatre vrais porte-matériels, et un système d’ouverture des cuisses (breveté) avec boucle de sécurité en aluminium. Même si son poids plume fait penser à un baudrier de ski-alpinisme, il n’en n’est rien : on peut bien sûr l’utiliser en ski-alpinisme, mais il est en fait idéal pour les courses alpines, y compris le mixte ou la glace où une quantité de matériel est nécessaire à porter sur le harnais. Confortable, il est de surcroît facile à compacter dans le sac à dos (ou dans le petit sac livré avec) : une fois enlevée la ferraille, il tient quasiment dans la main, ce qui fait un vrai gain de place par rapport à un baudrier « classique ».

L’élastique arrière nous a paru fragile mais Blue Ice annonce qu’il est changeable, en effet l’élastique est raccordé par une petite boucle au cuissard (ce qui nous a valu de le décrocher dans une désescalade, comment dire, peu élégante – et de le remettre en un clin d’oeil ensuite). Hormis les grandes voies en rocher où l’on peut souhaiter plus de confort en passant beaucoup de temps pendu au relais (comme son ancêtre, un certain Choucas d’une marque iséroise que les « vieux » grimpeurs ont connu !), le Choucas Pro est à conseiller pour l’ensemble des terrains haute-montagne, sur lesquels il nous a donné entière satisfaction.

VERDICT

Le baudrier Choucas Pro est une merveille de polyvalence : malgré son poids sous les 150 grammes, il a tout ce qu’il faut pour un vrai baudrier montagne, pontet et accessoires inclus. Confortable, il se fait aussi oublier dans le sac à dos car facile à compacter. Un très bon baudrier, innovant, sécurisant car respectant une architecture de « vrai » baudrier. Reste le prix qui n’est certes pas donné : seul point à l’évidence perfectible !

Caractéristiques techniques

  • Poids ultraléger : 128g (S), 134g (M), 141g (L), 150g (XL)
  • Dimensions taille/cuisses : S (68-81cm/48-55cm), M (74-87cm/52-59cm), L (81-94cm/57-64cm), XL (90-103cm/63-70cm).
  • Matières : Polyéthylène UHMW, PES haute ténacité, aluminum de qualité aéronautique, boucles acetal
  • Certifié CE/EN 12277 type C sur les baudriers d’escalade + UIAA
  • Prix : 100 €

Test du Choucas Pro sur l’Aiguille du Chardonnet, arête Forbes. ©Lionel Cariou

Pontet et boucle de fermeture.

Les porte-matos au design efficace.

Le sytème d’ouverture des cuisses. 

Copy link