Réinventer le secours en montagne, le parti pris de Blaise Agresti

3e édition de In Extremis, au-delà de l'histoire du secours

Blaise Agresti en 2021. ©Coll. Agresti/Monica Dalmasso

Le 10 novembre prochain, les montagnards et le grand public découvriront en librairies la 3ème édition d’In Extremis, l’épopée du secours dans le massif du Mont-Blanc, aux éditions Paulsen Guérin de Chamonix. Ce récit augmenté en témoignages et photographies, hommage à tous les secouristes en montagne du pays, est encore enrichi des réflexions de l’auteur, Blaise Agresti, sur l’évolution du monde de l’alpinisme et l’organisation du secours en montagne français. Interview.

Blaise Agresti, qui a commandé le PGHM de Chamonix 4 ans – de 1998 à 2002 – puis 6 ans le Centre national d’instruction au ski et à l’alpinisme de la gendarmerie (CNISAG), est à 51 ans toujours très « connecté » au monde de l’alpinisme et du secours en montagne. Guide actif depuis 2005, il fait depuis 3 ans partie d’un groupe d’experts pour la formation du gouvernement français à la gestion de crise, cadrée par le Secrétariat général à la défense et à la sécurité nationale (SGDSN). Il enseigne encore cette gestion aux étudiants d’HEC et de l’EM Lyon, et bientôt aux cadres supérieurs de la gendarmerie.

Agresti a créé – avec d’autres – Mountain Path en 2017, une école de management dont les formations sont fondées sur le savoir-faire des guides et secouristes de haute montagne. Ces hommes et femmes « qui vivent l’incertitude comme une normalité, qui travaillent en urgence et en équipe pour former une collégialité opérationnelle dans un environnement à risques ». « Je porte ma veste de manager quasiment

Copy link