@

Une partie du matériel grâce auquel vous pourriez être secouru un jour a été inventée par des gendarmes opérant sur le terrain. L’innovation est au cœur du PGHM qui ne cesse d’imaginer de nouveaux outils pour mieux repérer les victimes et mieux les secourir. Visite de sa cellule R&D du Versoud en Isère, unique en son genre, et aperçu des dernières découvertes.

Quand on pense « gendarmes du PGHM », cela évoque tout de suite une excellence technique en matière de secours et d’alpinisme, de l’exigence physique, un altruisme au-dessus de la moyenne. Mais le PGHM a aussi ses coulisses. L’une des plus méconnues est sans doute sa cellule innovation. Alors direction la base du Versoud en Isère, ou ladite cellule est bien active.

Le PGHM de l’Isère, au Versoud, a aujourd’hui 60 ans ©T. Pueyo

Olivier Favre, à la tête de la cellule R&D du Versoud pour le PGHM ©Thomas Pueyo

La R&D a explosé au PGHM avec l’arrivée des smartphones, il y a 15 ans.
Olivier Favre.

« C’est un peu le bazar ! », s’excuse l’adjudant Olivier Favre, entouré d’ordinateurs, de boîtiers électroniques et d’appareils en tous genres. Un vrai bureau de geek. « Pas plus tard que ce matin, j’ai encore reçu des colis pour des cartes informatiques permettant le repérage de téléphone en montagne, grâce au wifi ou au bluetooth. Je suis dans la prospective, en scrutant tout ce qui se fait dans le domaine de la localisation pour l’appliquer au secours en

Copy link