Comment devenir secouriste en montagne ?

Lors d'un exercice avec l'équipage de Dragon 74 ©J. Chavy

En France, les randonneurs, skieurs et alpinistes bénéficient de l’organisation publique du secours en montagne. Il existe trois organes responsables du secours en montagne, répartis sur le territoire. Police, gendarmerie ou sapeur-pompier : comment intégrer leurs rangs ? Comment les secouristes sont-ils formés ? Enquête.

En France, le secours d’une personne blessée sur un territoire de montagne peut être effectué par trois entités différentes : les gendarmes, les policiers et les sapeurs-pompiers. Si vous appelez le 112, difficile de savoir quelle sera la couleur de l’éventuel hélicoptère qui viendra jusqu’à vous et la couleur des vestes de l’équipage qui en descendra. Car depuis l’accident de Vincendon et Henry en 1956, que nous vous racontions ici, les secours français se sont structurés. Chaque département obéit à un plan de secours qui lui est propre, établi par le Préfet, et qui permet de répartir les interventions. Précisons que dans cet article, nous employons le masculin générique : secouriste, gendarme, sapeur-pompier, policière et médecin se conjuguent très bien au féminin et les formations sont ouvertes à toutes et tous.

Secours sur l’avalanche du 22/12/20, secteur Lautaret, Hautes-Alpes ©Jocelyn Chavy

Le numéro d’appel d’urgence (112), qui n’est pas spécifique au secours en montagne, joint systématiquement un Centre de traitement des alertes géré par les sapeurs-pompiers ou le SAMU. Si la prise en charge qui s’en suit concerne un terrain montagneux, elle peut être confiée indifféremment aux pompiers comme aux gendarmes ou aux policiers formés au secours en montagne qui partagent les mêmes

Copy link