Votre mot de passe vous sera envoyé.

La neige et l’hiver semblent enfin décidés à s’installer sur les Alpes Françaises. En début de saison de ski de rando, il est particulièrement tentant d’utiliser les pentes des stations de ski, parfois encore fermées. Mais celles-ci ouvrant sous peu, quelles sont les règles à respecter pour le ski de rando ?

1/ Le ski de rando hors « saison »

Jusqu’au 15 décembre pour certaines, et jusqu’au 22 décembre de nombreuses stations de ski ne sont pas encore ouvertes. Ce n’est pas parce que les remontées mécaniques d’une station sont fermées que celle-ci ne procède pas à des travaux divers : il vaut mieux vérifier s’il existe un arrêté municipal interdisant la remontée des pistes et en tous cas être prudent. En théorie avant l’ouverture saisonnière des stations il n’y a pas de fermeture du domaine au ski de rando mais il faut se renseigner sur les engins qui peuvent y circuler, un simple coup de fil en mairie ou aux services du domaine skiable, s’il est ouvert. Ce 1er décembre aux 7 Laux en Isère, une centaine de véhicules était garé à Pipay, et le double de randonneurs s’élançaient sur les pistes, avant de dévaler Roche Noire, Combe du Pra, etc. Mais dès que les pistes seront ouvertes, les règles changent.

Ski de rando sur la piste des Rhodos aux Sept Laux le 1er décembre. À partir de l’ouverture de la station il faudra impérativement monter par la piste de Bédina et aux horaires autorisés uniquement. © J. Chavy

2/ Le ski de rando en station, oui mais quand

De nombreuses stations ont alerté les skieurs de randonnée sur les dangers du damage, et donc sur le fait de remonter les pistes « ouvertes » même en dehors des heures d’ouvertures. Il s’agissait d’alerter les pratiquants sur les dangers des câbles de treuil des dameuses notamment, mais aussi éventuellement des purges effectuées sur le domaine skiable. Concernant la pratique durant l’ouverture saisonnière, il existe en général un arrêté municipal régissant la pratique du ski de rando, en termes d’espaces ou d’horaires : il s’agit souvent, dans le cas d’interdiction, d’éviter les collisions entre skieurs descendants et skieurs montants. Surtout, les stations sont en train de changer, avec l’avènement de parcours dédiés et sécurisés pour les skieurs de rando. Mais avant cela, respectez les règles du domaine skiable sur lequel vous souhaitez évoluer. Prenons par exemple la station des 7 Laux qui a mis en ligne un document qui permet de savoir quelles pistes sont autorisées à la pratique du ski de randonnée à la montée (et à la descente). Plus précisément, les 7 Laux ont prévu ces pistes avec des horaires matinaux ou tardifs pour les « avant-taf » et « après-taf » des habitués du bassin grenoblois. Ainsi, la piste de Bédina est dévolue à la pratique de 5h à 9h du matin, et le soir de 17h30 à 22h.

Vidéo tournée aux 7 Laux le 1er décembre. © Jocelyn Chavy

3/ Le ski de rando version sécurisée

Nouvel axe développé en station, le ski de rando fait aujourd’hui partie de leur offre toujours plus large d’activités. En l’occurence, l’idée de préparer une trace, de la sécuriser et de communiquer est venue du pays de la poudreuse et des acharnés du ski de rando : le Beaufortain ! Le domaine d’Arêches-Beaufort  a été le premier à proposer une offre ski de rando intégré, avec une double trace (de montée) entretenue et sécurisée, serpentant entre pistes et forêts de sapins. Trois traces au total à Arêches, avec une trace « rouge » de 5km et 755m de dénivelé qui part du Cuvy, accessible en télésiège avec un forfait mini. Pour ceux qui veulent partir d’en bas, c’est possible aussi. Vous qui cherchez une option safe (si vous êtes seul) et autorisée (sans skieurs ni dameuse), réjouissez-vous puisque dorénavant de nombreuses stations proposent leurs itinéraires de ski de rando sécurisés. Parmi elles, citons La Clusaz, La Plagne, La Rosière, ou encore les Arcs où se déroulera le Big Up and Down. En Isère citons Chamrousse qui a deux itinéraires fléchés et sécurisés dédiés à la pratique du ski de rando  : l’un au départ de Casserousse et l’autre au départ de Bachat Bouloud. La liste est longue pour au final trois objectifs : pouvoir découvrir le ski de rando sécurisé (quand on est un débutant qui ne sait pas où aller, un solitaire…), pouvoir pratiquer le ski de rando quand les conditions sont dangereuses ailleurs, et pour les compétiteurs et adeptes du « fitness » avoir un itinéraire de référence où s’entraîner, un segment Strava sans avalanche

Arêches-Beaufort, terre de ski de randonnée.