Jean-Marie Daval, Pape des Jeux de Cirques réunionnais Ils font le trail#1 - L’organisateur

Il était Vosgien, il a choisi les îles. Moniteur, il s’est fait ultra organisateur. On lui avait dit « impossible » : il l’a fait, et en plein cirque. Ainsi naviguent Jean-Marie Daval, sa carrure et son truc pour réussir. Pirate de Gérardmer au regard passion, faut pas l’embêter mais on peut causer, surtout quand le projet est infaisable. Organisateur de jeux de Cirque(s) : Jean-Marie Daval, c’est le trail en Réunion, de Mafate à Cilaos et jusqu’à Mada’. À quelques jours du rendez-vous de Mafate 2019, quelques questions au Capitaine Haddock de Saint Pierre.

Il est Monsieur Cimasarun : 24 éditions, 55 kilomètres et 3 cirques (Mafate, Cilaos, Salazie). Monsieur Raid 97.4 et Isalo Raid (12 éditions) ou aux onze Marathons de Diego Suarez, etc. Organisateur de 11 courses autour de l’Océan Indien, là où beaucoup continuent de prêcher l’irréalisable. Futé ou franc, filou ou fin stratège, c’est surtout un passionné qui nous prend au débotté. Par la simplicité du discours et du geste. Début lesannées 1980, c’est un coureur tombé sur l’île intense et qui se prend d’amour pour une terre volcanique. Époque pauvre en formalités, riche en éruptions et en jaillissements d’idées dingues, c’est le temps d’avant l’ultra et la protohistoire du truc. Le trail. Fleur au fusil et cœur vaillant, l’administratif on verra plus tard. L’essentiel est d’y aller, car le basalte appelle autant que la jungle.

 

Oyez l’histoire d’un Zoreille* du Grand Est.

Ainsi naitront 25 années d’organisation qui n’avaient rien d’évident : UNESCO, enclavement, et cette manie qui commence à faire du bruit…des gens qui traverseraient l’île en courant ? Quelques courses devenues grandes classiques, dossards très recherchés et éditions parfois aventureuses, tous les acteurs du trail sont aujourd’hui unanimes pour reconnaitre le travail accompli par ce Zoreille des Vosges – mais très Réunionnais. Ces épreuves, on les dit toutes expressives de la diversité de l’île, et l’on vante la magie d’un organisateur depuis 25 ans, à tenir et innover. Et puis, un jour de 2020, Jean Marie Daval passera un flambeau, mais pour rester hyper actif. Retour sur un parcours, et éclairage sur un avenir riche.

Jen-Marie Daval, coureur devenu super-organisateur. ©Serge Pothin

Pour la première Cimasarun, le bilan est évocateur : 150 participants et pas de sponsor ! Rouge foncé de négatif. Aujourd’hui, la Cimasarun existe toujours et rassemble 900 coureurs. Et des sponsors …

JG : 25 ans d’organisation en Réunion. Une histoire de fuite, ou d’amour ?

Jean-Marie Daval : C’est vrai qu’en 1981, tout commence par un départ. « Quand tu aimes il faut partir » paraît-il. Alors je quitte mes Vosges : un peu marre de la grisaille et du froid. Ou plutôt d’un gris Métropole, ce demi-ton qui nous caractérise nous, les « Zoreilles » qui râlons tout le temps. Qui prêchons des valeurs mais aimons bien nous attrister. J’en fais partie sans doute, mais je pars ! Tandis que Mitterrand fait rêver pas mal de monde alors… En revanche je ne prends pas la tangente ; je recherche autre chose. Moi-même, sans doute en partie. Je suis alors moniteur d’auto-école, et l’on en recrute dans les T.O.M. Je postule pour la Réunion, les plages et le cliché…et je m’aperçois que les plages, ça n’est pas exactement Maurice ! Par contre, il y a surtout un volcan actif à 3000 mètres, des cirques, de l’inconnu complet. Et encore du sauvage, du non foulé, non reconnu, non approprié je dirais. Je pense avoir la chance de tomber à un moment encore préservé, rare et extrêmement excitant en termes de nature. On est un peu dans l’idée d’un monde premier, en tous cas par rapport à la Métropole que je quitte, et les cartes postales que la télé diffuse. Oui, choc et coup de cœur, sauvage et passionnant.

 

JG : Passé le choc thermique, tu débarques et t’amourache de l’île. Mais comment s’approprie-t-on un environnement si nouveau ?

JMD : L’envie m’obsède de découvrir la Réunion de l’intérieur. Imagine dans les années 80 ce qu’un T.O.M comme la « Run » pouvait être : moins de règles, un univers entier à arpenter et la sensation de réaliser tes propres explorations. Envie d’aller voir là-bas ? Vas y, prend ton sac et tes responsabilités. En revanche, une attitude m’a immédiatement frappé d’évidence ; notamment face à des comportements que l’on voyait alors : faire silence et se faire petit ! Le respect des mentalités, cadres et codes. Une banalité ? Revenons aux années d’alors, on a la mémoire courte ! Repensons à un certain regard que les français de Métro’ portaient sur les DOM/TOM et leurs résidents. Un peu la tentation de débarquer en se sentant chez soi, ou de dénigrer une « sous-culture ». Bref, je rencontre un ardéchois aussi mordu que moi, et l’on passe vite des treks aux courses : randos, trails d’alors, sur fonds d’éruptions et de dénivelé. Du 16/9e, du THX avant l’heure. Et quelle facilité alors : on allait battre le carré jusqu’au pied de la lave, casse-croute et coup de rouge.

Les paysages escarpés de La Réunion : un rêve de trailer.
©Serge Pothin

JG : Premiers « trails », jusqu’à la révélation de l’organisation ?

JMD : Tout part de la course, oui. 1989, c’est l’aventure Grand Raid – à l’époque la Marche des Cimes : 110 kilomètres avec un sandwich à Cilaos, à mi-parcours. Pour le reste ? On se débrouille, ravitos dans le sac et équipement minimum. Mais avec un tel format minimaliste, nous étions remontés à bloc et centrés sur le plaisir, l’effort pur. Un mental d’enfer, et 7 éditions parcourues. 1990 représente un grand pas personnel, car l’organisateur du Grand Raid étend alors son action à Madagascar, avec le Mada Raid : nouveau coup de foudre et de nouveauté, je découvre Mada’ sur 5 éditions de l’épreuve avec des amis, et bon sang que c’est divin ! Mais le vrai cap, je le franchis en 1994 avec la création de Randorun : terminés, Codes Rousseau et véhicules-écoles, on ose. Je décide de passer du statut de coureur à celui d’organisateur : retour à l’école pour passer le diplôme d’Accompagnateur Moyenne Montagne, et création de la 1ère course de Montagne Réunionnaise. Ce sera la Cimasarun… tiens, j’en parle encore avec émotion, suis-je bête. Le bilan est évocateur : 150 participants et pas de sponsor ! Rouge foncé de négatif. Mauvaise pioche, le Vosgien ? Alors le Vosgien retourne faire de l’auto-école pour payer les factures. Mais la tête un peu trop dur et pas mal de persévérance passent par là. Aujourd’hui, la Cimasarun existe toujours et rassemble 900 coureurs. Et des sponsors…Ensuite, les choses se sont enchainées assez logiquement.

JG : Mais l’idée de créer une course au cœur des Cirques ou sites Classés : une folie douce ?

JMD : L’aventure Cimasarun, qui réussit après ce premier flop, me donne l’envie. Pourquoi renoncer avant un projet, qui a parlé d’être raisonnable ? Essayons… puis on verra. Alors naissent d’autres courses, du 50 au 100 kilomètres et sur des sites et formats plutôt variés. A chaque fois, l’idée n’est pas de reproduire un produit marketing qui marche, mais de créer une course à forte identité. Unique, si l’on veut oser le terme. On crée le Raid 97.4 typé ultra, le Mafate Trail Tour centrée sur ce cirque, ou encore la CWT réservée aux femmes. Folie ? sans doute, mais on se rend vite compte que les parcours plaisent et que la participation augmente. Ne t’inquiète pas, les reproches ou critiques accompagnent toujours l’enthousiasme, le contraire m’aurait inquiété d’ailleurs – très louche et assez peu humain et constructif : des ravitaillements minimalistes, peu d’animation. Je le reconnais, on tente de faire évoluer ces points à chaque nouvelle édition. On se gave de l’énergie que l’on reçoit en retour des participants. Le feu reste sacré, mais en 2008 j’avance coté Madagascar car des projets sont passionnants aussi, de ce côté ; tout en restant aussi actif sur la Réunion. Faire des choix, accepter de lâcher des choses… tout doux.

Parfois le bitume remplace les chemins, ça déroule ! ©Serge Pothin

JG : Le 30 novembre 2019, le Mafate Trail Tour (MTT)** reviendra pour la 5e édition. Focus sur l’une des courses à ton actif, qui semblait la plus irréalisable.

JMD : L’idée du MTT se résume en une phrase : « Mafate, paradis des marcheurs ? alors mettons-y des trailers ». On secoue, puis on voit ! Autrement dit, le but initial part toujours d’une sensation dans un site. On tente de monter le son, pousser d’un cran l’émotion (et toujours, sans trop savoir ce que ça donnera la première année) par l’effort. Sorte de filtre à plaisir, ou de catalyseur de ressenti. Mafate se livre alors d’une autre façon – ou peut ne pas se livrer. Au centre, encore et toujours ce cadre naturel comme azimut, et l’expérience intime de chaque coureur. Une mystique qui ne s’avoue pas ? Qui sait. Par contre, si l’idée est jolie, pas évident en effet de la concrétiser.

Volcan, mental ou énergie : tout n’est qu’une question de feu. ©Serge Pothin

 Irréalisable ? disons plutôt « défi complexe » : parcours UNESCO, inaccessibilité, secours et ravitos à l’hélico (3400€ la virée, ça pousse à optimiser). Donc obligation de réunir pas mal de participants pour y arriver. Et tu l’auras noté, un mois après la grand-messe Diag’ ! Mobiliser et remobiliser les volontaires, pas simple. Et pourtant, 500 inscrits dès la première édition. On partait du Port, Rivière des Galets, Canalisation des Orangers puis retour par le fond de la RDG : 60 kilomètres et sans bitume, facile d’accès, bonheur. Mais nous déchantons vite, car dès 2016, le lit de la RDG nous sera interdit. En 2017, le sentier s’effondre sur la Canalisation la veille, encore un souci. Mais ça marche toujours, et l’engouement nous pousse : le MTT 2019 visera encore 500 inscrits. Grand Ilet, Col de Fourche, La Nouvelle, Ilet des Orangers, à Bourse, Sentier scout…et ce rêve qu’un jour, le parcours originel se relibère. Mais ça, ce sera mon repreneur qui le vivra.

JG : Un passage de témoin en 2020 et déjà beaucoup de travail à Madagascar, on n’arrête vraiment jamais ?

JMD : je passe la main…à la Réunion. Le barbu part en semi-retraite, mais reste organisateur de course à Madagascar. Ce pays est un réservoir de magie et d’écrins. Quand je parlais d’expérience personnelle, on y est à plein. Je poursuivrai donc, notamment avec l’Isalo Raid et le Nosy Be Trail, le Marathon de Diego Suarez ou et le Malagasy VTT raid, le Raid Madarun. Le bilan de tout ça, c’est la leçon d’avoir été coureur avant tout : le mental reste d’enfer et la passion intacte. Car l’organisation reste très dure ; entre les cahiers des charges démentiels, l’exigence légitime des coureurs, la concurrence ou le manque de solidarité entre organisateurs, c’est un florilège d’embûches. L’égoïsme demeure une belle constante humaine ! Démoralisant souvent. C’est alors que les coureurs t’attrapent à l’arrivée pour te dire qu’ils ont vécu un rêve éveillé, ou qu’ils se sont transcendés avec une banane inouïe : et là, tu oublies tout et tu repars pour une nouvelle aventure. Vive la mémoire courte !

Fin de La Réunion pour Jean-Marie Daval, mais Madagascar demeure. ©Serge Pothin

*Zoreille : en créole, individu provenant de la Métropole. Par opposition aux habitants « de souche ».

** Mafate Trail Tour : 30 novembre 2019. 55K / 3500D+.