@

Faces sud de l’Annapurna et de l’Everest, mais aussi Tour du Paine ou Shivling : que ce soit en tant qu’alpiniste leader ou chef d’expé, Chris Bonington est non seulement l’un des plus prolifiques alpinistes britanniques, mais aussi l’un des plus créatifs, passionné par l’exploration. Rencontre avec un monstre sacré, Sir Chris Bonington, l’un des plus grands alpinistes du XXème siècle.

A

nnapurnas au pluriel, Nupste, Ogre, Everest… mais aussi Changabang, Kongur, Tour du Paine, Shivling, et beaucoup d’autres : Chris Bonington a marqué l’histoire de l’alpinisme aussi bien par les nombreux sommets qu’il a lui-même gravi – qu’en tant que chef d’expédition d’ascensions majeures, comme la face sud de l’Annapurna ou la face sud-ouest de l’Everest, des années 60 aux années 80. Depuis sa jeunesse épique sur les plus grandes parois des Alpes, de l’Eiger au pilier du Frêney dont il fit la première au nez et à la barbe de René Desmaison, son nom évoque l’épopée des grandes expéditions, l’aventure aux quatre coins de l’Himalaya, et la fantastique génération d’alpinistes britanniques qui ont imprimé leur style sur les montagnes les plus difficiles du globe. Chris Bonington en est un survivant, lui que l’ambition et le talent ont poussé à reculer les limites de ce qui était envisageable.

Bonington est un survivant. Un homme qui n’a pourtant jamais reculé devant l’inconnu.

Ses copains ont tous péri en montagne : Nick Escourt, Joe Tasker, Mike Burke, Peter Boardman, Dougal Haston. Certains des sommets dont Chris Bonington a défloré la cime

Copy link