7   +   1   =  

Voici notre best-of des articles d’Alpine Mag parmi les plus lus de l’année 2018. Les débuts d’années sont propices aux bilans, et celui-ci laisse la part belle à votre curiosité. Exploits en Himalaya ou dans les Alpes, inquiétudes climatiques, prévention avalanches, replongez-vous dans nos histoires 2018.

 

1. L’éboulement de la Meije

Le 7 août dernier, la saison 2018 de la traversée de La Meije se termina brutalement. Un effondrement colossal balaya le Glacier Carré et la Muraille Castelnau. Un guide et son client ont été blessés. Depuis cet évènement, le sommet du Grand Pic de la Meije n’a été foulé que deux fois. La voie normale la plus difficile des Alpes sera-telle accessible l’année prochaine ? La question est majeure pour tous les passionnés de montagne, mais elle symbolise aussi les enjeux économiques d’une région. Récit de l’accident, explications et perspectives sur l’avenir de la Reine des Écrins par Benjamin Ribeyre, guide au Bureau de la Grave, qui écrit : le changement climatique touche les symboles des Écrins et c’est pourquoi les acteurs de la montagne doivent se mobiliser. Lire l’article.

L’état du glacier Carré le 22/09/18. Les traces de l’éboulement sont bien visibles. © PGHM. 

L’immense face sud de la Meije, en sursis ? ©Jocelyn Chavy

2. L’alpinisme interdit, triste première au Sancy

Après dix ans de procédures, l’alpinisme et l’escalade sont définitivement interdits dans la Réserve Naturelle de Chastreix-Sancy, en Auvergne. Une première en France, qui a consumé énergies locales et études coûteuses, dont une enquête publique bâclée : voilà qui promet aux alpinistes un avenir sombre dessiné par des courants écologistes ignorants de la réalité de la pratique. Le couperet est tombé à l’automne. La pratique de l’alpinisme dans la Réserve Naturelle de Chastreix-Sancy est définitivement interdite. Guide et défenseur de la pratique, François Lesca a tout tenté pendant dix ans pour lever cette interdiction, promulguée lors de la création de la réserve en 2007. En 2018 comme en 2019, et alors que la chasse et certains de ses pratiquants mettent en danger la vie des amateurs d’outdoor, le partage du temps et de l’espace sont forcément des pistes pour la cohabitation des activités et la préservation de la biodiversité, en témoigne la convention réussie entre grimpeurs et responsables pour la préservation du gypaète au Bargy (Haute-Savoie). Lire l’article sur l’interdiction du Sancy.

Alpinisme interdit au Sancy : ce n’est pas une fiction.

La Dore, désormais interdite. © Lesca.

3. Un permis pour gravir le mont Blanc, sérieusement ?

Un projet de permis pour le mont Blanc en 2019 : c’est le coup de tonnerre qui est tombé cette fin d’été – entre des éboulements importants d’un bout à l’autre du massif (à l’Aiguille du Midi, au Trident, etc). Avec ce projet de permis bizarrement avalisé par la préfecture, le maire de Saint-Gervais a mis les pieds dans le plat, mais rappelle que la gestion réelle du site touristique mondialement attractif qu’est devenu le mont Blanc est inévitable. Ce serait une révolution, mais pas de celles qui épousent la liberté. Il y a trop de monde sur le mont Blanc, ce qui se traduit par une gestion difficile de l’hébergement sur la voie normale. Faut-il pour autant ouvrir la boîte de Pandore ? Nous pensons que c’est une fausse bonne idée. Lire l’article.

Sur le Toit de l’Europe. ©Ulysse Lefebvre

4. Denis Urubko, le sauveteur d’Élisabeth Revol

Engagée dans une descente dramatique du Nanga Parbat en plein mois de janvier dernier, la française Élisabeth Revol, en perdition a été sauvée par deux altruistes, un jeune polonais et un vétéran de l’Himalaya, Denis Urubko. L’homme qui a sauvé Élisabeth Revol est le plus grand himalayiste actuel, écrivant une magnifique page de l’Histoire en Himalaya. En plus d’avoir coché les quatorze 8000 et de continuer sa quête en hiver, Urubko a sauvé des vies au péril de la sienne. Lectrices, lecteurs, vous avez adoré cette histoire qui symbolise peut-être mieux que toute autre l’amitié et l’entraide qui existe entre montagnards et grimpeurs de tous les pays, une histoire de passion et d’abnégation (Urubko ne fera pas le K2 ensuite malgré une tentative poussée). Qui est Denis Urubko, le saint Bernard de l’Himalaya ? Lire l’article.

Denis Urubko, l’homme qui a sauvé Elisabeth Revol.  ©Urubko

5. Emelie Forsberg recordwoman du mont Blanc

Si votre objectif 2019 est de faire le mont Blanc à la journée, voici un temps de référence qui sera difficile à battre. Le 21 juin, Emelie Forsberg se lançait à l’assaut du mont Blanc depuis le parvis de l’église de Chamonix, avec l’objectif d’établir un temps féminin de référence de l’ascension du géant des Alpes. 7 heures, 53 minutes et 12 secondes plus tard, elle était de retour à son point de départ, ayant foulé dans cet intervalle les 4810m du toit de l’Europe, parcouru près de 30 km et avalé 4000 mètres de dénivelé positif via les Grands Mulets. L’ascension du mont Blanc a un nouveau record féminin : la Suédoise devient la première femme à établir le record aller-retour depuis Chamonix. Si votre objectif 2019 consiste simplement à atteindre le sommet, sachez que c’est déjà un magnifique objectif en soi ! Lire l’article avec les photos de Kilian Jornet.

Emelie Forsberg sur l’arête sommitale lors du record.  ©Kilian Jornet

©Kilian Jornet

6. K2 et Lhotse, les plus hautes montagnes du monde à ski

Le K2 est décidément la montagne phare de l’année. Et c’est une fois de plus un polonais, Andrzej Bargiel, qui s’illustre sur le 2e sommet du monde, sur ce qui est sans doute le plus bel exploit de l’année en Himalaya, la descente ultime que les meilleurs rêvaient d’accrocher à leur palmarès depuis des années. Dimanche 22 juillet 2018, le phénomène du ski à haute altitude Andrezej Bargiel a complété magistralement son palmarès, déjà impressionnant, en réalisant la première descente intégrale à skis du géant pakistanais. Et son frère a filmé la descente en drone ! Lire l’article sur la première à skis du K2.

Mais la folie du ski en très haute altitude, là où la moindre erreur ne pardonne pas, ne s’arrêta pas là. En début d’automne, une saison plutôt désertée ces dernières années à l’Everest, Les américains Hilaree Nelson et Jim Morrison signent la première descente à skis intégrale du Lhotse, 8516 mètres, empruntant au départ un couloir extrêmement raide. Un rêve réalisé, pour une année 2018 décidément faste pour le ski en Himalaya. Lire l’article sur la première à skis du Lhotse.

La joie de Bargiel arrivé sain et sauf au CB. ©Red Bull content pool.

Le K2, 8611 m. ©Red Bull content pool.

7. Free Solo avec Alex Honnold, le film événement du plus grand solo de l’Histoire

Le 3 juin 2017, Alex Honnold réalisait ce que personne n’aurait osé tenter, même avec un flingue sur la tempe : le solo intégral et en libre d’El Capitan au Yosemite. Rompu aux ascensions sans corde (une allergie sans doute), l’américain a posé un jalon dans l’Histoire qu’il sera bien difficile de dépasser. Octobre 2018, c’est la sortie du film-événement (aux USA) qui retrace l’épopée d’Alex Honnold, ses doutes, ses solos « d’entraînement » au Maroc et l’aboutissement, l’impensable escalade en solo d’El Capitan. Mille mètres en sixième et septième degré, avec en tout et pour tout votre équipement pour la salle de bloc. Et un film qui fait salle comble partout en Amérique. Nous restons dans l’attente d’une sortie en salles en France, à une date pour l’instant inconnue. Mais n’essayez pas de nous joindre ce jour-là. Lire l’article.

El Capitan et sur la gauche, le mur de Freerider, la voie gravie en solo par Alex Honnold.

8. Avalanches et plaques à vent : conseils de saison d’Alpinemag

Vous vous intéressez énormément aux articles pédagogiques de la rédaction, et vous avez raison. L’un des articles les plus lus de l’année n’est autre que notre pédago Restez à l’écart des plaques à vent.  Comment vous ne l’avez pas encore lue ? L’avalanche de plaque est la menace la plus sérieuse pour ceux qui évoluent, en montée, en descente, voire au plat, en terrain enneigé, dit Fred Jarry de l’ANENA. En 2019 vous retrouverez cet hiver et ce printemps des articles signés en partenariat avec l’ANENA sur Alpinemag.fr. 

9. L’Espresso, chroniques d’en-haut

En 2018, vous avez été très nombreux à lire l’Espresso du lundi, un rendez-vous né dès la création d’Alpine Mag, chroniques du monde comme le vit là-haut, comme on le raconte en bas, par Cédric Sapin-Defour. Les chroniques Espresso sont devenues un livre désormais disponible aux éditions Paulsen-Guérin paru le 10 janvier. Mais quelles ont été les chroniques de Cédric les plus lues ? C’est avec franchise et satisfaction que l’on vous livre la plus lue d’entre toutes, D’être alpiniste. Citation : l’alpinisme est une belle invention, ce ventilateur à priorités qui fait du bien à nos vies, parfois à celles des autres et qui ne fait, au fond, de mal à personne. À relire donc.

10. Le test ski de rando 2019

Comment, vous n’avez pas encore jeté votre dévolu sur votre paire de skis 2019 ? Voici notre test complet ski de rando 2019, regroupant une sélection de skis de rando testés en partenariat avec le magasin Montania-Sport de Chambéry, parce qu’il nous fallait bien un (gros) coup de main pour venir à bout de ses 70 paires. Skis femmes, ski légers, skis polyvalents, skis freerando, un choix de catégories dicté par le poids du ski autant que par la largeur au patin. Et parmi les soldes en ce moment-même, on trouve certaines de ces paires !