Votre mot de passe vous sera envoyé.
Treks en Himalaya

Il faut bien avouer qu’on les attendait depuis longtemps ces images, ces premiers plans improbables d’un grimpeur sans corde, perdu dans l’océan de granite de Freerider, sur El Capitan (7c+, 950m, Yosemite).
Le 3 juin 2017, Alex Honnold réalisait ce que tout le monde avait en tête depuis des années mais que personne n’osait tenter : le solo intégral de l’une des voies mythiques d’El Cap’. Rompu aux ascensions sans corde (une allergie sans doute) et sans reproches (arrêtons de le fatiguer avec la question du risque, de l’égoïsme etc.), l’américain pose ici un jalon qu’il sera bien difficile de dépasser. On en parlait justement avec lui au dernier festival de Ladek, en Pologne.
Pour illustrer cette grosse info, nous n’avions jusque là qu’une ou deux photos en moyenne résolution, prise par « Maître » Jimmy Chin et distillée par National Geographic. Autant dire que ça sentait la super-production à plein nez. Bingo. Un an et demi après sortira Free Solo, réalisé par Jimmy Chin et Elisabeth Chai Vasarhelyi, réalisatrice de documentaires et accessoirement épouse de Chin. Pour ce gros morceau, le duo a pu compter sur de gros moyens mais aussi sur l’ingéniosité du grimpeur qu’est aussi Jimmy Chin. Comme par exemple ces caméras accrochées en pleine paroi et déclenchées à distance au passage d’Honnold, afin de ne pas le perturber avec trop de monde dans la paroi : « Je ne voulais pas entendre un cameraman me dire Vas-y ! Vas- y ! Tu vas y arriver !  » nous confiait-il.
Avec cette super-production qui s’annonce très américaine dans le style mais aussi unique dans son propos, on peut imaginer que ceux qui n’ont pas lu le livre Solo d’Honnold, trouveront des réponses à leurs questions sur ce personnage aussi attachant dans la vie, qu’effrayant dans sa pratique de l’escalade. Pour les autres, il faudra voir si le film dépasse la simple dimension sensationelle et ses multiples plans au drone, néanmoins démentiels.