@

Ski de rando : 10 conseils pour mieux communiquer Mémo neige #6

Skis aux pieds, l’erreur est trop souvent humaine nous dit l’ANENA. Difficile de penser à tout quand on évolue en groupe. La clé de la réussite? Dialogue et compréhension. Ou comment s’appuyer sur le collectif pour prévenir les incidents.

1. le briefing 
C’est l’action de communication du leader dans les phases clefs de la course (préparation, au départ, en anticipation des passages clefs). Elle comprendra des recommandations simples et concises quant au matériel et au comportement à adopter. Adressé à l’ensemble du groupe, il peut s’agir d’informations générales comme le dénivelé ou le temps de parcours estimé, le nombre de participants ou l’objectif (sommet visé, lieu). De manière générale, le passage de consignes est d’autant plus efficace que les informations transmises sont factuelles et vérifiables par tous.

2. l’autocontrôle et l’action-contrôle

Phase de contrôle exercée par le pratiquant lui-même (entretien de son propre matériel, contrôle du niveau de charge des piles de son DVA, réflexion sur ses propres motivations, sur son comportement, etc…). L’action–contrôle permet de contrôler, en second rideau, le résultat de l’action entreprise. Par exemple, l’autocontrôle permet d’identifier que les piles de son DVA sont déchargées, ce qui nécessite leur remplacement. L’action-contrôle assure que les nouvelles piles sont chargées.

© Jocelyn Chavy

 

3. le contrôle croisé

Phase de contrôle en miroir (contrôle du nœud par l’assureur et du dispositif d’assurage par le grimpeur, contrôle collectif des DVA, sont autant d’exemples typiques de contrôles croisés). Des gestes très efficaces mais qui alourdissent la prise de décision et ralentissent

Copy link