Votre mot de passe vous sera envoyé.

Les traces perdues

Ils étaient les chanceux.Nous avions emmené douze jeunes du Bois de Bléville au Stade de France. C’était leur endroit sacré, leurs mètres carrés de rêves. Ils avaient eu le droit de fouler la pelouse, un cadeau. Des chiens fous ; l’un avait couru au point de corner, en haut à gauche, comme à la télé, comme Manu Petit et le Zidane du jour avait marqué sans ballon d’une tête rageuse. On croyait entendre la foule. Puis un troisième était devenu Djorkaeff, corner de l’autre côté, en bas à gauche ...

. . .