@

Célèbre depuis qu’il a ouvert avec Mick Fowler le Golden Pillar au Spantik en août 1987, l’alpiniste britannique Victor Saunders est toujours resté humble. À tel point qu’il a récemment décidé de révéler, dans un livre à lire – Une histoire d’échecs, la vie chaotique d’un alpiniste – les plus beaux échecs qu’un grimpeur engagé peut connaître au cours d’une carrière. Des expériences que l’on vit et qui, pour certaines, auraient peut-être dû être évitées. Comme un match de boxe, par exemple. Extrait.

L’histoire commence dans une tente en haut de la vallée de la Hunza. Les tentes sont intéressantes : elles vous isolent de l’espace et du temps. Vues de l’extérieur, elles ne sont que des points insignifiants dans le paysage. À l’intérieur, elles forment tout votre univers. Selon Caspar Hauser, « l’orphelin de l’Europe », comme le donjon où l’on présume qu’il fut élevé, les tentes sont plus grandes que l’extérieur car lorsque vous êtes dehors vous voyez le paysage ET la tente. Mais à l’intérieur vous ne voyez que la tente, elle vous cache le monde extérieur, ce qui signifie qu’elle doit être plus grande que lui.

Ainsi, dans cette tente, quelque part au Pakistan, en un monde caché de notre vue, Mick commença à parler de Londres. Pour ce que nous en savions, nous aurions pu nous y trouver ; campant sur la chaussée, des gens éméchés passant en titubant près de nous, entre le pub et le restaurant indien. J’entendis un bruissement dans la

Copy link