Du grand cinéma au documentaire, Bernard Germain passe en revue cent ans de cinéma en montagne, de Heidi à Cliffhanger, de Rasta Rockett à Free Solo. Réalisateur et guide, il réussit le tour de force de chroniquer 500 films dans lesquels la montagne est décor, ou bien les montagnards acteurs à un degré ou un autre. Vertigineux, ce Dico Vertigo fouette l’imaginaire, rappelant qu’en montagne la fiction est imprégnée de documentaire, et réciproquement. Un livre majeur, à lire absolument, et présenté au public au Festival du Film et du Livre de la Rochelle.

 

Ambitieux. Passionnant. Encyclopédique. Subjectif, forcément. Ce Dico Vertigo n’est pas le premier du genre, mais de loin le plus récent. Bernard Germain a réalisé une sélection éclectique, qui ne veut pas exclure, même s’il admet avoir été « bêtement fier » que les Bronzés font du ski ne fassent pas partie de sa culture cinématographique, chose faite (et bien faite), et tapant légitimement sur des navets comme les Randonneurs (Philippe Harel, 1997) ou Vertical Limit (Martin Campbell, 2000), la « verticale du néant ». Il s’agit donc dans un pavé de 430 pages de caser 500 films (on n’a pas compté).  L’éclectisme laisse la part belle aussi bien aux œuvres cinématographiques classiques ayant un lien avec la montagne, fut-il ténu, comme La Rivière sans retour d’Otto Preminger (dont les Rocheuses forment le décor et Marylin Monroe l’avant-scène), qu’aux films documentaires, de Où vas-tu Basile ? de Denis Ducroz (1980) au récent Zabardast de Jérôme Tanon. On y trouvera même des films FODACIM visibles sur l’Alpine VOD comme le Doigt de Dieu (de Pierre Petit et Laurent Cistac, 2017)

(…) La suite pour les abonnés

. . .