fbpx
@

Christopher Knight, confiné pendant 27 ans L'ermite des forêts du Maine

Pendant presque trois décennies, un ermite a vécu sans aucun contact humain dans les forêts du Maine en Amérique, sous une tente malgré les hivers longs et froids. Un fantôme ne se déplaçant que la nuit, qui a survécu en s’introduisant dans des chalets pour dérober nourriture et équipement. Les habitants de la région en ont fait un mythe, jusqu’à ce jour d’avril 2013. Christopher Knight a été capturé, et son incroyable existence de confiné volontaire a été révélée.

Un homme sans histoire. Mais une histoire vraie. Christopher Knight s’est isolé volontairement en 1986. À l’âge de vingt ans, il part avec sa vieille Subaru dans les étendues désertes du Maine, aux États-Unis.  À court d’essence, il abandonne sa voiture et s’enfonce dans les bois. Il n’en ressortira que 27 ans plus tard.  Le 4 avril 2013, une ombre se glisse dans le Pine Tree summer camp, situé dans le nord de l’état du Maine, une vaste région de forêts sombres et de lacs sauvages au nord-est des Etats-Unis, près du Québec canadien. Les Belgrade Lakes sont le paradis des pêcheurs, amateurs de barbecue, canoë. Ski de fond et skidoos l’hiver. Le camping est à l’américaine : on y loue des petits chalets, ou bungalows, appelés « cabins », le long d’un étang. On y campe à l’américaine : frigo à l’intérieur, grill et grosses bouteilles de propane à l’extérieur, matériel en abondance. A minuit, l’ermite a quitté sa tente, a marché en pleine forêt, habitué à l’obscurité, avant de se faufiler dans un chalet à l’aide d’une clé dérobée à l’accueil. Mais dans un recoin, un détecteur de mouvement couplé à une alarme silencieuse s’est déclenché, alertant la police. 

Quand le sergent Terry Hughes sort son .357 magnum sous le nez de l’ermite, le plaquant au sol, le sac de celui-ci laisse échapper dix tubes de Smarties, un paquet de burgers, et du bacon. Hughes vient de résoudre un mystère qui a fait faire des cauchemars à la police pendant des années, mais aussi à tous ceux que l’ermite a cambriolé pour survivre. Christopher Knight a avoué commettre une quarantaine de vols et de cambriolages par an, principalement de la nourriture, des vêtements. Des livres, du gaz, tout ce qu’il faut pour vivre en autarcie.Depuis près de trois décennies, la région était la proie d’un fantôme – ou étaient-ils plusieurs ? (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link