Votre mot de passe vous sera envoyé.

Des chaussures de ski de rando, on se dit parfois qu’il y en a trop. Alors nous nous sommes attelés à tester un panel réduit mais cohérent de chaussures. Sept paires, à deux boucles maximum et qui sont représentatives des différentes pratiques du ski de rando. Prêts ? Chaussez !

Que choisir ? Et comment être sûr de trouver chaussure à son pied sur la moquette feutrée d’un magasin ? Surtout parmi les dizaines de modèles existants, constituant un dédale de boucles, de flex et de chaussons thermoformés où il est parfois difficile de se retrouver. Loin d’avoir tout testé (comment encore oser cette mensongère publicité ?), nous nous sommes appliqués à chausser et emmener sept modèles en montagne, sur des types de skis variés mais toujours cohérents avec le programme annoncé de chaque soulier. Leur point commun ? Ne pas dépasser le nombre de deux boucles, une option qui permet de conserver un bon rapport légèreté/skiabilité/agilité. Et comme le monde de la chaussure de ski se divise en trois catégories, nous les avons classées avec, au choix, les Alpines, les Agiles et les À-tout-faire. Zavez plus qu’à choisir. Pour chaque modèle, retrouvez sa fiche de test complète en cliquant sur son nom.

Les Agiles

Ce sont les chaussures faites, aussi, pour avancer en tout terrain lorsque les skis ne sont plus aux pieds mais sur le dos, lorsque la crête à franchir nécessite quelques pas un peu chauds. C’est alors que la semelle accrochante vous retient hors la pente, que la flexibilité et le débattement généreux rendent vos pas heureux, et que, surtout, le poids des cocottes ne vous reste pas en travers de la glotte. Incroyable ? Pourtant la Procline d’Arcteryx, la Travers Carbon de Fischer ou l’Alien RS de Scarpa réunissent des qualités de légèreté, d’agilité et de confort propices à un ski technique qui ne s’arrête pas lorsque le rocher est là. La marque canadienne présente même ses Procline comme une chaussure d’alpinisme pour skier. Côté Travers, il s’agit surtout d’une chaussure au débattement incroyable et au poids qui la placerait du côté des chaussures de ski-alpinisme de compétition si sa tenue à la descente n’était pas tout simplement étonnante. Quant à la dernière mouture des Alien de la marque italienne, elle semble réussir le mariage difficile entre légèreté (c’est bon pour monter) et rigidité (c’est bon pour skier).

Trois modèles pour grimper aux arbres.

Elles sont à la chaussure de ski ce que le chamois est à la montagne, le dahut à la pente ou le piquet à sa tente : elles s’accrochent !

Les Alpines

Ces modèles ne sont pas les plus légers mais qu’importe : on n’est pas pressés, on aime la freerandonnée ! Des marques comme Salomon avec sa MTN Explore 100 ou Atomic avec la Backland Carbon font jouer la poudre de leur expérience dans la conception de chaussures de ski alpin. Le résultat tient dans deux chaussures plus rigides qu’à l’habitude, dans le souple monde du ski de rando. Toutes deux affichent un 100 de flex, un vrai 100 qui se ressent. On se surprend à retrouver quelques sensations oubliées, le tibia rougi par les appuis. La Backland propose même une languette complémentaire à emmener et placer à la descente pour plus de rigidité.

Des chaussures pour les skieurs qui montent en pensant à descendre.

Elles sont au ski de rando ce que le DH est au vélo, le kayak aux cours d’eau, le cul-sec au dijo : optimisées pour la descente !

Les À-tout-faire

Ne voyez aucune note péjorative à cette dénomination. C’est surtout la notion de polyvalence qui doit être perçue dans cette catégorie. Tout le monde ne sait pas forcément quel sera son programme de ski privilégié ou principal. Certains, débutants ou pratiquants occasionnels, ne savent pas vraiment ce qui leur plait le plus. D’autres encore n’ont pas envie de dégager le budget d’une paire par type de pratique. Ces TLT7 Performance de Dynafit et Spitfire 2.1 de La Sportiva sont donc des chaussures de sept lieues, des bottes qui vous emmèneront partout, dans toutes les conditions, en étant efficaces sur toutes les neiges, dans toutes les pentes, à la montée comme à la descente. En les choisissant, vous assurez des journées de ski les yeux fermés, sans vous soucier de la neige ou du profil de randonnée.

Les chaussures à emmener partout, tout le temps, les yeux (presque) fermés.

Elles sont à cette sélection ce que le couteau-suisse est au canif, ce que le canif est au petit fien (aucun lien) et MacGyver à TF1 : des chaussures qui vous sortiront de toutes les situations !