Uphill Lancement

Une chaussure qui REpousse un peu plus  l’association de la légèreté et de la rigidité.

+

Légèreté
Rigidité
Débattement
Simplicité

Prix encore élevé
Confort réduit

Vers les séracs de la jonction, en route pour le mont Blanc par les Grands Mulets. ©Ulysse Lefebvre

Conditions du test

Environ 4000m de dénivelé à ski, toutes neiges, pendant 1 mois.

Prise en main

Mais où sont passées les boucles ?! À première vue, cette nouvelle Alien RS pourrait sembler sortir tout droit du sac d’un compétiteur fou faisant la chasse au moindre gramme. Certes son nom, Alien, rappelle sa filiation avec la gamme Race de la marque italienne. Mais les amateurs de tuning auront repéré ce RS, deux lettres qui expriment le caractère gonflé de la bête. En main, elle ne pèse effectivement pas grand chose (1020g en 29 la chaussure, plus légère qu’une Fisher Travers Carbon à 1125g) et le système BOA, omniprésent aux côtés du levier de verrouillage arrière, représente le seul moyen de serrage de l’ensemble. À côté de ça, la coque en carbone et Grilamid est clairement renforcée en sabot et en collier. Restent ces bouts de cordelette un peu partout, à prendre en main pour mieux comprendre.

Sur le terrain

MONTÉE

Le chaussage est plutôt aisé, à condition de bien retirer le velcro discret qui serre le chausson. Le volume est plutôt dans la moyenne mais selon les formes de pieds, il faudra se méfier de petits points de compression. Ensuite… hé bien un tour de roulette BOA et le tour est joué ! Le sytème permettant comme toujours un réglage millimétrique. Reste à s’assurer que la cordelette est bien prise dans les ergots du tibia. Ce sont eux qui assureront le serrage lorsque le levier arrière sera verrouillé en mode ski. Le réglage de la tension se fait à l’aide d’un petit système de bloquage de la cordelette (type Tibloc) qui peut sembler un peu archaïque, surtout lorsque du mou de cordelette dépasse et vole aux quatre vents. Mais en l’ajustant au mieux et en le rangeant proprement, l’archaïque devient simplicité et l’ensemble fonctionne bien.
Une fois en route, le débattement est bluffant. Les 72° rappellent au pire une basket de Trail, au mieux une pantoufle. On s’envole à la montée tout en pensant déjà à la descente!

DESCENTE

C’est là que Scarpa frappe un grand coup. Avec cette Alien RS très légère, on peut skier à la descente. Non pas se laisser glisser mais bien skier, tourner, envoyer dans la poudreuse ou assurer dans le raide. Alors certes, on est loin des 4 boucles (on est à zéro boucle à vrai dire) mais les sensations sont bonnes et on appuie sur une vraie languette en tibia. La chaussure reste précise. On est loin de la désagréable sensation de devoir piloter le ski avec un chewing gum de course ou un bout de carbone inconfortable. Le Grilamid joue bien son rôle et apporte de la progressivité dans le flex et du confort en sensation. Le passage au mode ski se fait bien grâce au levier éprouvé chez Scarpa. Surtout, alors que la plupart des chaussures très légères peuvent ne pas être chaudes, ce modèle conserve bien la chaleur grâce à un véritable chausson. On reste aussi au sec grâce à la guêtre intégrée à la coque. Dessous, la semelle Vibram fait le job mais serait encore mieux avec quelques crampons en plus. Située au carrefour de la course et du ski de rando traditionnel, cette chaussure repousse encore les limites entre légèreté et rigidité.

Caractéristiques techniques

POIDS CHAUSSURE VÉRIFIÉ 1020g en taille 29 PRIX PUBLIC : 680€ DÉBATTEMENT VERTICAL : 72°   COQUE : Carbone /Grilamid  SEMELLE : Vibram BOUCLES : 0 / Système BOA intégral Chausson : Intuition thermoformable