fbpx

Pôles : le tourisme de la dernière chance

L’Arctique et l’Antarctique sont aujourd’hui sujets à une croissance du tourisme exponentielle. De plus en plus de gens souhaitent voir icebergs et banquises. Comme si les bons vieux Tropiques avaient du plomb dans l’aile. Peut-être se disent-ils qu’il n’y en a plus pour très longtemps. Que le réchauffement climatique aura bientôt la peau de ces paysages ultra-nordiques. Un problème.

On appelle désormais cela le « tourisme de la dernière chance ». Voir ce qu’il est encore temps de voir. Avant que cela ne disparaisse. Après nous, le déluge. C’est même devenu un argument de vente pour les opérateurs. Un paradoxe stupéfiant qui consiste à polluer pour aller admirer ce qui subsiste du réchauffement climatique. Produire des gaz à effet de serre pour mieux en constater les dégâts. Bienvenue dans le monde du cryotropisme, l’appel de la banquise, des icebergs et des horizons immaculés…

. . .

Copy link