4   +   3   =  

Les cueilleurs d’horizon

Après un été à courir les montagnes des Alpes, il arrive aux alpinistes d’avoir une envie de mer.
Que l’univers autour varie.
L’océan a leur préférence, il va à leur goût de l’indompté. Il offre une nature d’humeur changeante jusqu’à se déchaîner, rendant l’homme tout petit dedans, ça ressemble juste comme il faut aux peurs précieuses de la montagne. Là-bas, bonheur supplémentaire, on peut glisser sur des planches qui rappellent celles de notre hiver, qui aussi l’appellent.
Alors ils transhument de l’Est vers l’Ouest.

. . .