fbpx
@

La laisse était trop courte

Vingt kilomètres. Trois heures maximum. Voici donc la quantité de liberté, linéaire et horaire, que nous accorde le président de la République. Partant de un kilomètre pour une heure, d’aucuns y verraient sans doute une multiplication des pains digne des évangiles. Un miracle, pour faire court. Mais, en tant que citoyen, je n’y vois qu’une laisse pour chien que le propriétaire, soucieux de ses velléités, consent à rallonger. N’y voyez pas un manque de respect de la fonction présidentielle. Ni des canidés, dont les croquettes accessibles garnissent nos supermarchés.

20 km ? je n’y vois qu’une laisse pour chien que le propriétaire consent à rallonger

Bien que forcément égoïste, le docile mammifère a droit à un extra. Si l’orgueilleux, le fier compagnon a pour idée, saugrenue, d’aller se promener, celui-ci a sans doute raison d’avoir argumenté, pétitionné, voire, allumé des coeurs de lumières de ci et de là pour rappeler que sous son rustre pelage il a besoin pour vivre de voir autre chose que le tunnel de son labeur. Seulement voilà. Tout dépend de la niche.

©Ulysse Lefebvre

Si vous êtes lyonnais, voici la bonne nouvelle : vous pouvez respirer l’air des Dombes, ou celui des Monts du Lyonnais. C’est pas les Alpes, hein. Mauvaise nouvelle : ce sera pendant trente minutes, une heure maximum. En comptant deux heures de trajet en transport en commun aller et retour pour un citadin, le  calcul est vite fait. Aussi vite qu’un coup de pied dans le ventre d’un migrant, du côté de la place de la République. C’est du rapide !

Si on aime la nature en cet automne 2020, il faut être chasseur : eux passent leur weekend dehors sans limite de temps.

Du coup, résumons. La liberté, ce sera le 15 décembre. Peut-être.

L’inégalité, c’est maintenant.

Avec la mesquinerie du calcul du rayon, les dés sont pipés. Mais bon : pourquoi un gars du Nord, de l’Est ou du Sud se permettrait de se balader à plus de trois heures de chez lui pourrait aller respirer l’air des montagnes, ou de la Bretagne ? De toute façon, même Kilian, s’il avance bien, ne fera pas beaucoup plus qu’un marathon. Ce qui fait une inégalité de plus : si vous êtes un chien de compète, vous ferez 42 kilomètres dans votre enclos bien situé de 20 km de rayon, en trois heures. Sinon, de l’air pur, vous aurez droit qu’à une poignée de minutes. Ce qui, qu’on soit lyonnais, stéphanois ou d’ailleurs, est ridicule.

Le ridicule ne tue pas : l’absence de liberté, si.

La newsletter d'Alpine Mag

On reste en contact ? 

Merci et à très vite !

Copy link