Votre mot de passe vous sera envoyé.

Central !

©Ulysse Lefebvre

Vous avez vos hordes de touristes, nous avons les nôtres. Vous avez vos pistes noires… de monde, nous avons nos vagues…d’estivants. Vous avez vos mégots et résidus de pique-niques à la fonte des neiges, nous avons les nôtres quand la mer se retire. Ex-aequo de l’Atlantique à l’Alpe. Un partout, la balle au centre. Au centre ?! Mais il n’y a rien au centre ! La preuve, Alpine Mag n’en parle jamais ! Sans blague ? Nos amis de la Haute y verraient-ils une montagne moyenne ? Par Vercingétorix, faisons le détour ! Au centre, il y a le roi des massifs, le patriarche, l’aïeul ! Celui autour duquel siège en demi-cercle, l’assemblée de tous les autres, ses cadets. Au centre il y a le Massif Central, ses volcans endormis, ses orgues basaltiques, sa pouzzolane, ses lacs de cratère, ses tourbières, ses plateaux jalonnés de puys, ses vieux monts érodés, arrondis. Un patrimoine très au vert à ciel ouvert. Alors ventre bleu ! – d’Auvergne – qui peut bien se risquer à dire qu’il n’y a rien au centre ? Cantal privilège de siéger au centre, tu mérites le respect ! Diagonale du vide, exode rurale, décroissance démographique, France d’en bas ; n’en jetez plus les Puys débordent ! Moyenne montagne le massif central ? Aucun complexe ! Celles de la haute ne l’impressionne pas pour un chou, nom d’une potée !

aux Vosges il leur envie bien de temps à autre
un bon ballon d’Alsace,
histoire d’oublier un peu la gentiane.

Le vieux massif coule des jours paisibles hors du temps, entre Dordogne, Loire et Allier. Rien ne lui manque en son milieu. Trop effilées les cimes alpines, il en a le vertige. Trop méridionale la chaîne des Pyrénées, son grand âge l’invite à préférer la fraîcheur, mais néanmoins trop froid le Jura il se plait plus au Sud. Quant aux Vosges il leur envie bien de temps à autre un bon ballon d’Alsace, histoire d’oublier un peu la gentiane.

Le Massif central, c’est une cure de mouvance. On s’y défoule et on s’y dé foule. Vous reviendrez en pleine fourme d’une virée autour d’Ambert, vous quitterez Saint-Nectaire affinés, vous rentrerez de Thiers affutés ! Ici on crapahute tranquille au naturel, à pied, en raquettes, à cheval et à vélo on glisse à ski, on grimpe aussi. Le salaire de la peur n’est pas légion sur les flancs arrondis des vieux volcans, la peur des Salers peut advenir le cas échéant. Venez, vous perdre dans le Massif Central, vous vous retrouverez ! Mais était-il vraiment nécessaire d’en faire tout un fromage ?