@

Ce n’est pas le plus connu des alpinistes américains, mais c’est sans doute l’un de ceux qui a le plus beau palmarès, avec l’arête nord du K2 et l’Everest sans oxygène, ou encore la première du Saser Kangri II. Ancien président de l’American Alpine Club, Steve Swenson est également un grand défricheur du Karakoram et un spécialiste de la cascade de glace. Il vit entre Seattle et Canmore. C’est durant l’Arctic ICE Festival en Norvège que nous avons eu la chance d’échanger avec ce grand alpiniste, humble et passionné.

Comment s’est passé votre premier voyage au Karakoram ? D’où est venu l’idée ?

Steve Swenson : Mon premier voyage au Karakoram était il y a 42 ans. C’était complètement différent d’aujourd’hui. Le Karakoram a été fermé à l’escalade de 1960 à 1974 à cause du conflit du Cachemire. Lorsqu’il a rouvert, il n’y avait pas de sociétés de tourisme d’aventure, on devait tout faire nous-même. Nous avons reçu un peu d’aide d’une société de tourisme à Swagga, mais quand nous sommes arrivés dans les montagnes, nous avons dû faire tout le travail nous-mêmes. Il n’y avait vraiment rien.

J’ai commencé à m’intéresser à l’escalade à l’âge de 9 ou 10 ans, en voyant des photos dans les magazines. Mes parents avaient un abonnement au National Geographic. Après l’ascension de l’Everest par les Américains en 1963 – le magazine est probablement sorti en 1964 – j’ai vu ce magazine, j’ai vu l’Everest, et j’ai trouvé ça incroyable.

Comment avez-vous

Copy link