@

86 jours sur une glace mouvante, un piège sans cesse renouvelé. Presque trois mois dont les trois quarts sans lumière. Pôle noir, nuit noire, eau noire, froid, humidité, sel : la traversée du pôle nord réussie par Mike Horn et Borge Ousland a été inhumaine. C’est un exploit. Une aventure où la survie des deux explorateurs n’a été qu’une question de choix, mètre après mètre, dans l’adversité. En se serrant les coudes, ils ont survécu. Et sont revenus au monde, pour raconter la dévastation du pôle nord, où il tombe de la neige fondue en plein novembre.

Ils l’ont fait. La traversée du pôle nord sans assistance. Plus de mille kilomètres à travers le chaos. À travers la nuit. Ce ne fut pas une expédition difficile. Ce fut « l’expédition la plus difficile de sa carrière », dixit Mike Horn. Les deux hommes ne manquaient pas d’expérience. Ils furent les premiers, et les seuls, en 2006, à atteindre le pôle nord en hiver. En 2017, Mike Horn traversa, seul, l’Antarctique. Et pourtant : les meilleurs explorateurs polaires actuels ont failli y rester. Presque trois mois sur les glaces du pôle noir. Dans la nuit noire depuis plus d’un mois. Les pieds qui s’enfoncent dans un mélange d’eau salée et de glace. Un traîneau qui se fend. Les glaces qui dérivent dans le mauvais sens, annihilant leurs efforts. Les tempêtes. Le vent qui arrache la tente. Des rations de nourriture en chute libre. Ils ont été sauvés, rejoints in extremis

Copy link