fbpx
@

Cette année 2021 est décidément riche en anniversaires dans le monde de la montagne. Bicentenaire de la Compagnie des guides de Chamonix, mais aussi centenaire de la naissance de trois de ses illustres membres dont les destins sont intimement liés : Louis Lachenal, Gaston Rébuffat et Lionel Terray. De ce dernier, Roger Frison-Roche disait qu’il était un « géant de la montagne mais surtout un géant de l’amitié ». Mais pour devenir ce colosse aux pieds agiles et au grand cœur, le jeune Lionel a dû contourner bien des obstacles. Retour sur la jeunesse mouvementée de Terray, premier épisode de notre série.

Lundi 20 septembre 1965, il fait beau à Chamonix. Devant l’église, Roger Frison-Roche, président d’honneur de la Compagnie des guides, se tient debout, mains dans le dos. Un journaliste de l’ORTF lui tend le micro et lui demande de parler de Lionel Terray et Marc Martinetti, dont on a appris la veille au soir la disparition au mont Gerbier, une falaise du Vercors. D’un ton grave, les yeux baissés, l’auteur de Premier de cordée esquisse en quelques mots le portrait de ses deux amis : « L’un, le vétéran des expéditions himalayennes, quinze ans d’expéditions, des prouesses extraordinaires, le mépris du danger, la force physique. Et l’autre… l’un des plus jeunes de notre compagnie, l’un des plus brillants aussi, puisqu’il avait été choisi comme compagnon par Lionel pour son expédition en Alaska au mois de mai dernier. Il est certain qu’on ne peut pas penser que ces deux hommes-là aient pu tomber… ». Frison-Roche se mord les lèvres et tente vainement de retenir ses larmes. Il ne pourra pas dire un mot de plus devant la caméra. (…)

. . .

Copy link