Les bons outils

Ce n’est pas grand-chose un décoinceur. Presque rien. Ça doit faire dans les cinquante grammes, vingt centimètres avec une tête de girafe. Ça sert assez peu. Souvent, on oublie qu’on l’a ; on peut jusqu’à oublier l’avoir oublié. Mais un jour, la montagne décide de passer un peu de temps avec vous ; elle vous félicite d’avoir placé votre coinceur avec zèle au point d’être irrécupérable. Vous vous échinez, vous secouez le massif entier, vous consacrez un lot de crampes et de jurons à tenter de r...

. . .