L’effet foehn

Comprendre un vent puissant

« Gaffe, y’ a du foehn aujourd’hui ! » Toute personne qui va en montagne est un jour confrontée à ce mot, synonyme souvent de renoncement et de sortie au bistrot. Pour beaucoup, le foehn est juste un vent puissant qui fait obstacle à toute idée de sortie. Mais encore ? Le foehn est un vent chaud qui sévit versant Nord des Alpes (Chamonix, Sierre, Coire) par dépression sur la plaine du Pô. Mais ce n’est qu’un aspect spectaculaire de l’effet foehn.

L’effet foehn apparaît dès qu’une masse d’air bute sur une chaîne montagneuse. Concrètement la montagne fait office de barrière : il fait mauvais d’où vient le vent, beau temps de l’autre côté de la montagne. La masse d’air, obligée de monter, arrive en saturation de vapeur d’eau (par baisse de température et de pression). Nuages et précipitations affectent alors le versant au vent. Une fois la crête passée, la masse d’air se comprime en descendant. Les nuages disparaissent. Ayant perdu de la vapeur d’eau, la masse d’air se réchauffe plus vite qu’elle ne s’est refroidie. Ce phénomène est particulièrement sensible dans certaines configurations géographiques : par dépression sur la plaine du Pô, la masse d’air s’engouffre dans la vallée d’Aoste et bute d’un coup sur les cols de Miage ou du Géant puis redescend dans les vallées des Contamines et de Chamonix. On a mesuré au même moment 0° à Courmayeur, 10° à Chamonix !

 

 

Foehn du Sud sur le fond du bassin d’Argentière, vu

Copy link