Votre mot de passe vous sera envoyé.
Abo-BlueIce-19

« Trop de morts, tous responsables » se nommait la première table ronde qui ouvrait les Assises de la Sécurité en Montagne, organisées par le Syndicat national des guides de haute montagne (SNGM) en novembre dernier. Avec cinq fois moins de morts en Suisse qu’en France chez les guides en 10 ans, la réaction ne pouvait plus attendre. Les premières mesures concrètes voient le jour. Et s’appellent RETEX et GRIMM’S. Prévention ? Explications.

Suite à la table ronde des premières Assises de la Sécurité en Montagne le 23 Novembre dernier, deux outils concrets ont été validés par le Syndicat national des guides de haute montagne (SNGM). Des aides préventives qui, s’ils conduisent certainement à une plus forte régulation du métier de guide, devait voir le jour suite aux observations d’une accidentologie montagnarde  française toujours plus élevée que celle de nos voisins. Lors de ses Assises, Franck Debouck, directeur de l’École Centrale de Lyon et expert en sécurité insistait sur la nécessité d’adopter ce genre d’outils sans dévaloriser les compétences techniques, physiques ou morales des professionnels de la montagne : « Aucun professionnel ne fait consciemment mal son travail. Il fait juste des erreurs. Nous en faisons tous 30 par jour… L’erreur est humaine, tout le monde connaît cet adage, mais il y a une suite : « persévérer est diabolique ». L’erreur ne doit pas se reproduire. ». Un constat qui a conduit le SNGM à réagie à travers l’élaboration de deux outils de collectes de données pour prévenir les accidents, les comprendre une fois passés, et établir des bonnes pratiques à mettre en places en prévention.

Celui qui va devant, mais pas seulement.  ©Jocelyn Chavy

Aucun professionnel ne fait consciemment mal son travail. Il fait juste des erreurs.

Franck Debouck, expert en sécurité 

Le RETEX, diagnostic et partage

Le RETEX, ou REtour d’EXpérience est un système d’observation et de contrôle  courant dans les métiers à risques. Franck Debouck, coutumier du milieu aéronautique,  assurait que : « depuis 60 ans le travail sur la sécurité aérienne, basé sur les RETEX, permet de réduire les accidents malgré une augmentation des vols de 5% par an. Les « précurseurs » d’accidents et d’incidents sont souvent les mêmes. Il convient de les identifier pour faire évoluer les processus. »  Ces récits d’expériences devraient permettre d’analyser les facteurs de risques et de concevoir des réponses adaptées à travers des processus préenregistrés. « La mise en place de cet outil de collecte ne constitue que la première étape, précise Dorian Labaeye, guide et membre élu du comité directeur du SNGM. Viendra ensuite l’analyse puis la restitution à la profession à différents niveaux : directement aux guides « au quotidien », puis dans les temps de formation initiale et continue. » Un tel dispositif sera là en appui au bénéfice des professionnels pour une meilleure fiabilité des décisions, et in fine, améliorer la sécurité des guides et de leurs clients.

L’utilisation se veut simple, sur ordinateur ou smartphone, et évolutive en fonction des retours et situations. Chaque guide peut se connecter sur rex.sngm.com avec ses identifiants SNGM et partager son expérience de manière anonyme ou non. Une base des accidents passés, dont les auteurs restent anonymes, sera aussi consultable et chacun pourra la compléter. Cet outil, inspiré de la méthode Orion, permet d’identifier les facteurs précurseurs d’incidents et d’en tirer les enseignements et les bonnes pratiques à entreprendre. Utilisée aussi en aéronautique pour décomposer les différentes phases d’analyse d’un accident, cette méthode ne peut être efficace que si de très nombreux guides prennent en main cet outil. C’est un effort collectif qui est demandé à la profession, pour s’autoréguler avant qu’un intervenant étatique extérieur et moins lucide sur les enjeux prenne le relais. En premier lieu, il s’agit bien de partager des instants, des aventures, des sueurs froides avec ou sans conséquences, des incidents ou accidents que chacun vit ou voit dans l’activité de guide.

La face sud du Mont-Blanc. ©Ulysse Lefebvre

GRIMM’S : toutes les cartes pour préparer sa sortie

GRIMM’S est la nouvelle application voulue par le SNGM pour regrouper toutes les informations en vue de préparer sa sortie guide. Développée par Benjamin Piquet, guide et informaticien, ce nouvel outil a vocation à devenir un cocktail de renseignements pour ne rien laisser passer et faciliter la prise de décision, la préparation et la conduite des sorties pour les guides.

Que ce soit sur le plan météo, nivologiques ou juste l’échange d’informations, l’application se veut une plateforme accessible rapidement par tous les professionnels. Non seulement présents dans les Alpes françaises, ces informations seront disponibles dans le Valais, le Val d’Aoste et le Piémont. Le partage de connaissances sur les conditions et les incidents se fera via des groupes sécurisés WhatsApp, et par massif. Plus encore, les informations de l’OHM (Office de Haute Montagne), les data -avalanche, les horaires des remontées mécaniques par station, le lien vers rex.sngm.com seront aussi accessible directement via cette plateforme qui répond directement aux besoins des guides.  

Partage et connaissances sont les maîtres mots de la nouvelle stratégie du SNGM, pour une prévention renforcée, à l’usage des guides. S’il n’est pas prévu pour l’instant de développer ces outils à l’intention du grand public, de nombreuses applications existent déjà pour préparer sa sortie, toutes cartes en main. Déjà en place pour les guides, le système RETEX et GRIMM’S sera un des points de progression abordé du 5 au 7 décembre lors de la prochaine rencontre des Assises de la Sécurité en Montagne à l’occasion de l’Assemblée générale de 2019, au Palais des sports de Megève.