@

The Impossible First. C’est le nom de l’expédition de Colin O’Brady, l’américain qui vient de boucler la traversée de l’Antarctique en solitaire et sans assistance en 54 jours. Mais ce n’est pas l’exacte vérité. Non seulement O’Brady n’est pas le premier homme à traverser le continent blanc, mais sa réalisation est entachée de choix douteux qui rendent l’aventure caduque. La tricherie est d’autant moins acceptable que Colin O’Brady piétine d’autres exploits, passés ou récents, mais eux incontestables.

C

olin O’Brady est venu à bout de son défi le 27 décembre 2018. Ce jour-là, l’américain annonçait la réussite de sa traversée de l’Antarctique de 1700 kilomètres en 54 jours, dont la dernière section avait tout de l’ultra trail version congélateur, 32 heures sans dormir pour boucler les 125 derniers kilomètres de son périple, au nez et à la barbe d’un autre aventurier, Lou Rudd, un britannique qui visait exactement le même challenge. Oui, mais lequel ? Pour sa traversée dite impossible, Colin O’Brady a revendiqué s’inscrire dans les pas des premiers explorateurs du pôle sud, le norvégien Roald Amundsen et l’anglais Robert Falcon Scott, le premier retournant auréolé de gloire à la civilisation, tandis que les choix malencontreux du second (qui a voulu utiliser des poneys au lieu des chiens comme Amundsen et a fini à pied) l’ont conduit à mourir sur le chemin du retour avec ses deux derniers compagnons. Mais la course de 2018 entre O’Brady et Rudd, a priori non préparée bien que les deux sont partis à

Copy link