@

Elle n’est pas la « meilleure grimpeuse du monde », mais la Française Soline Kentzel, qui ne grimpe que depuis 6 ans, a réussi ce printemps l’ascension en libre de la voie Golden Gate (1000 m, 8a), sur El Capitan en Californie. Elle devient ainsi, à 21 ans, la seconde plus jeune femme à libérer une voie majeure d’El Cap, 22 ans après l’Américaine bien connue Beth Rodden. Voilà son récit passionné des 9 jours de son ascension, partagée avec le grimpeur belge Seb Berthe.

Avez-vous déjà réalisé votre rêve ? Moi oui, ce dimanche 17 avril, lorsque j’ai atteint le sommet d’El Capitan (2 307 m, Yosemite, Californie) en ayant enchaîné chacune des 41 longueurs de la voie Golden Gate (1000 m, 8a). L’ascension a duré 9 jours, partagée au côté du meilleur compagnon, supporter et coach, le grimpeur belge Seb Berthe (souvenez-vous, celui d’Alpine Trilogy Doggystyle avec Nico Favresse). Ainsi, par cet itinéraire libéré une première fois en 2000 par les frères Thomas et Alexander Huber, l’été même de ma naissance au fin fond de la campagne occitane (à Auch, NDLR), je deviens, sans doute, du haut de mes 21 piges, la deuxième plus jeune femme à enchaîner en libre une voie sur El Capitan, après l’Américaine Beth Rodden (voie Lurking Fear, 8a+, 600 m, avec Tommy Caldwell) à 20 ans (en 2000 également)*.

Enchaîner Golden Gate ne s’est pas fait en 9 jours. L’aventure a commencé il y a des mois, en venant par la mer et par la mise en place d’une préparation longue et spécifique. D’ailleurs, à peine sommes-nous acclimatés à la grimpe yosémitique qu’il est temps pour nous de retourner en Europe – à la voile également – et, pour ma part, sur les bancs universitaires.

Soline Kentzel au 9ème jour, dans la dernière longueur « dure » de la voie (L37, 7b+)  ©Coll. Soline Kentzel

Chaque chute est un crève-cœur
chaque enchaînement une petite pile de bonheur

Parce que cette escalade s’est présentée à moi comme une série de pensées et d’émotions, je vous en ai rédigée l’expression condensée. Les difficultés et les efforts sont bien souvent déformés, déguisés, distordus par ce que nous croyons et ce que nous nous répétons : se persuader que tout va bien, qu’on va le faire, qu’on est en forme ; y croire assez fort pour que cela devienne réalité. C’est ainsi que malgré des conditions météorologiques difficiles et un confort rudimentaire, la fatigue profonde et les courbatures ont patiemment attendu d’être de retour au camp dans la vallée pour montrer leur ampleur.

Le premier jour, nous enchaînons Freeblast, les douze premières longueurs de la voie. Je tombe plusieurs fois dans les plus soutenues. Chaque chute est un crève-cœur, chaque enchaînement une petite pile de bonheur. J’ai l’impression que rien ne peut nous arrêter, jusqu’à ce petit 6c bloc. « Je suis trop petite pour attraper les règles… C’est une blague ?? Et si c’est pas possible ?… Ah, si, réfléchis. Sois créative. » 15 minutes à chercher, deux montées de pied et ça le fait !

Je peste contre mon mètre 54, une fois de plus,
que je pointe comme responsable de mon blocage

Le deuxième jour, nous rejoignons la vire de l’alcôve, après la découverte de la longueur délirante de l’Hollow flake, 20 mètres de désescalade en dülfer parfait pour regrimper 40 mètres jusqu’au relais suivant. Un hissage où le sac se coince, une cheminée et trois longueurs plus tard, je masterise le Monster Offwidth en lead (après un entraînement intensif dans Generator Crack, pour les connaisseurs, lors des semaines précédentes, dont mon record de vitesse personnelle de 3 minutes attend d’être battu).

Nos patates (sacs de hissage, NDLR), belle guirlande de noël, se traînent paresseusement lorsque Seb s’éreinte à reproduire par centaines un mouvement de press machine chargée à 100 kg ; moi, à côté, je mange des barres, impuissante, ne faisant pas encore le poids. Je parviens à peine à faire monter le sac de 20 cm lorsque j’y mets toute ma force. Avec nous : 10 jours de nourriture, 65 litres d’eau, portaledge, affaires de couchage, de cuisine, de toilette…

Pour finir la journée, nous montons jusqu’à la Down Climb, une des longueurs clés, sans doute la plus à même de vous faire échouer dans votre ascension, afin de tenter d’enchaîner, ou du moins d’en caler les méthodes. Après une heure et demi à poncer ma peau et mes chaussons sur ces 10 mètres teigneux, je jette l’éponge pour ce soir. Ma trentaine de tentatives n’aura ni débloqué le mouvement clé, ni les quelques suivants, censés être plus faciles, mais qui me semblent impossibles. Je peste contre mon mètre 54, une fois de plus, que je pointe comme responsable de mon blocage. Garder mon calme, et surtout, garder la certitude que je peux le faire, ne pas laisser les émotions décourageantes me gagner, voici comment se présente le défi principal des 36 heures qui vont suivre.

Le Monster Offwidth, 6c…   ©Coll. Soline Kentzel

1er bivouac ©Coll. Soline Kentzel

Une escalade engagée ©Coll. Soline Kentzel

oublier que tu es suspendue sur des fucking friends

Le troisième jour, le réveil est humide. La vallée est gagnée par une sérieuse tempête de neige et nous sommes prisonniers des 3 m2 de notre vire. Il est 9 heures, et mon duvet, en contact avec la toile de tente, est déjà bon à essorer. La température avoisine les -5°C. Suspendu sur deux coinceurs, avec vue sur 300 mètres de vide depuis ma petite fenêtre, notre bivouac cosy est installé ! « On va sécher le sac de couchage avec notre chaleur, t’inquiète ! » « Ouais, mon duvet est trempé mais si on le met au dessus, on a quand même moins froid non ? ». Ne pas trop bouger, oublier que tu es suspendue sur des fucking friends… Voilà que la journée puis la nuit sont déjà passées : j’ai une désescalade à me faire pour le petit dej ! La chance, notre corde à jumarer, fixée au relais plus haut, est à peine gelée.

Une descente de calage, avec en bonus par rapport au jour précédent de la peau sur les doigts, et ce qui me semblait impossible devient possible : après à peine une heure de tentatives, je fais le mouvement clé : réussir à décaler assez mon pied pour placer deux doigts sur la règle, arquer, retirer le pied, GAINER, ramener l’autre main. Une fois, une deuxième fois ! Ça y est, mon corps a compris. Je tente de rester sereine, que mon excitation ne se transforme pas en stress. Je mets un essai, le mouv passe !

J’évolue dans la suite, parfaitement calée. La joie me gagne, puis le temps raaalennnntiiiiiit : mon corps se décolle de la paroi, mon équilibre disparaît. Sans raison, sans explication, sans prévenir. Et je me retrouve le cul dans le corde, après avoir eu 15 fois le temps de crier “non non non” intérieurement. Je jure un coup, je me déteste un peu mais je rigole presque. Comment tomber là, franchement ! 

On verra ça à la lumière matinale, après une mauvaise nuit de sommeil

Une demi-heure plus tard, je suis repartie pour un nouveau rodéo émotionnel. Je passe le crux une deuxième fois, à la limite de la chute, en lâchant ce qui me semble être toutes mes cartouches à la fois. Sur le pseudo repos avant la section finale je pense « putain, là, si je tombe, je suis pas sûre de le refaire ce mouv… ». Grande inspiration, je commence la section. Mon corps tremble, cela ne m’arrive jamais. Je me retrouve à l’envers, ma séquence ne marche plus, une prise est devenue trop grasse, c’est le bordel dans ma tête. Je remagne mes mains 5 fois, graisse encore plus la prise, puis force, et mon foutu pied arrive enfin à l’endroit escompté. Ouf ! Je clippe le relais et Seb me rejoint.

Nous ne sommes pas mécontents, et une fois de plus, il me semble que rien ne peut nous arrêter. Nous rejoignons la base de la « Move pitch », autre point clé de l’ascension (8a, NDLR), après quelques longueurs censées être faciles, sans vraiment l’être. Seb met un essai, pieds et mains gelés, et rejoint le relais, qui semble mieux pour notre bivouac suspendu. Je vais donc dans la longueur, à la frontale, les températures sont redevenues négatives. Je ne comprends rien, ni à la longueur, ni aux méthodes. J’essaie un peu, en vain, mais j’ai assez donné pour aujourd’hui. On verra ça à la lumière matinale, après une mauvaise nuit de sommeil !

El Capitan, 1000 mètres de granite du point le plus bas au plus haut. Golden Gate évolue un peu plus à gauche ©Jocelyn Chavy

J’essaye la méthode des petits, mais n’y crois pas

Cinquième jour, et pas des moindres ; aujourd’hui, je m’imagine déjà clipper le relais de la longueur la plus dure de la voie. Mon optimisme est vite réduit en miettes par ma première descente de calage (le camp étant au relais au-dessus de la voie). L’équivalent d’une bonne séance de suspensions ! J’essaie toutes les combinaisons de mouvements et de pieds qui me passent par la tête. Je sais que ma méthode existe, et que quand je l’aurai trouvée, enchaîner ne sera plus qu’une question d’essais. Mais là, je bute, j’épuise les possibilités, rien ne marche. Suis-je au moins capable ?

J’essaye la méthode des petits, mais n’y crois pas. Mon corps ne comprend pas, aucune sensation, aucune piste qui laisse croire que cette façon puisse me convenir. Après une petite heure d’acharnement et une larme qui coule sur ma joue, Seb me convainc de ré-essayer plus tard. Pour l’occuper pendant que je me repose : la mission impérieuse de, peut être, me trouver une méthode, ce qu’il arrive régulièrement à faire. Cette fois pourtant, il bute. Nous en arrivons aux mêmes conclusions : il n’y a pas 36 méthodes.

J’abandonne la mienne en bois de cagette pour me concentrer sur la méthode conventionnelle des moins d’1m60. J’essaye, j’essaye, j’arque ces deux prises en épaule et tente de monter ce pied, tantôt en mettant plus de pression sur la main gauche, tantôt en me tournant légèrement à droite. Je cherche le déclic. Déclic qui n’est autre que de… décaler mes hanches à droite, pour monter le pied. Ouf ! Les déhanchés, c’est ma spécialité, surtout dans les bars au Mexique. Aller, je fais le mouv, une fois, c’est suffisant ! Je mettrais deux essais, cette après-midi là, et passerais presque la section à mon deuxième. Je ne referais cependant pas le mouvement. Manque de peau, fatigue ? Il faudra être patiente et ne pas se monter le choux durant le jour suivant : journée de repos sous la pluie.

Matin du 7ème jour. Tout semble tellement moins dur après un jour de repos… et avec de la peau refaite sur les doigts ! Je refais le mouv une deuxième fois. Maintenant c’est sûr, la voie n’a plus aucune chance ! Un essai raté, un petit deuxième.. raté. Aller ! Je suis si proche ! Le soleil arrive, je suis anxieuse. On ne va quand même pas passer la journée à ce relais, si ? J’enchaîne lors de mon troisième essai.

 

7ème jour ©Coll. Soline Kentzel

Longueur 32, dite « Chickenwing Chimney » ©Coll. Soline Kentzel

Concernant la cotation, il me semble que la décote de 8a à 7c+ de la longueur n’est pas valable avec la méthode « petit gabarit », qui rajoute clairement une cotation de bloc (peut être la faire passer de V4 à V5?). Bref, une Chicken-wing chimney (à ramper 10 mètres de trop, et à les des-escalader) et une longueur plus tard, nous arrivons à la désirée, convoitée longueur Tower to the people. D’ici, il n’y a vraiment plus rien qui puisse m’arrêter, ou presque ! Après une purée et quelques barres, je me surprends à enchaîner à mon premier essai la longueur dite Golden Desert, un 5.13a (7c+) intégralement en trad, qui vaut plutôt 12c/d (7b+/7c).

Encore une journée de repos forcé sous la pluie. Nous pouvons enfin nous détendre et arrêter notre rationnement alimentaire des jours précédents. Nos réserves sont encore conséquentes, alors on se permet le luxe de 3 repas par jour. La nourriture est un facteur clé de ce genre d’aventure : elle est l’énergie sans laquelle tout devient insurmontable.

 

Aucun de nous n’a envie de passer un jour de plus sur le mur

9ème jour. Malgré la pluie conséquente de la veille, la paroi sèche vite et nous nous empressons de plier le camp pour essayer la dernière longueur dure le plus à l’ombre possible. Aucun de nous n’a envie de passer un jour de plus sur le mur ; ma pression intérieure monte au fur et à mesure que je cale la voie, une heure durant. Elle me semble plus dure que l’idée que j’en avais gardé (lorsque je l’avais essayée avec Jean-Elie Lugon, lors d’une monté dans El Corazon, qui partage la même fin). L’excitation du sommet laisse place au stress.

Je mets un excellent premier essai, effectue la succession de mouvements sans chipoter. Mon esprit est clair, plus rien ne le traverse, à part la vision des prises qui se succèdent et la visualisation du mouvement à venir. J’exécute l’avant-avant dernier mouvement, un changement de main sur une bonne règle, pendue sur les mains avec un pied trop bas pour moi. Je m’apprête à effectuer le mouvement suivant lorsque les distances se distordent : la prise me semble hors de portée. Mon corps me dit qu’il n’en est pas capable, il ne peut plus bouger, plus lâcher une main. Il ne me reste que la force de crier l’amertume de mon échec inévitable, et je tombe. L’acide lactique monte douloureusement dans mes avant-bras, que je laisse pendre, inutilisables pendant quelques minutes.

Je revois mes innombrables séances de poutre,
pour être prête, ce jour-ci, à ce moment précis

Je pense aux nombreux circuits de rési que j’ai fait sur le bateau, dont aucun ne m’a mis dans un état pareil. Malgré la déception, je tente de modérer mon stress : Il fallait bien que je m’échauffe un peu en endurance ! Je revois mes innombrables séances de poutre, toutes celles que je n’ai pas sautées, pour être prête, ce jour-ci, à ce moment précis. Une dernière suspension, une seule prise à péter. Je pars pour un deuxième run, une heure plus tard. Cette fois, l’acide lactique ne monte pas par surprise, la fatigue spécifique vient progressivement et je me sens en contrôle. Mes qualités de grimpeuse ne m’ont pas abandonnée, et je rejoins le trentième relais de la voie, soulagée d’avoir une marge suffisante en résistance pour ne pas passer la journée à essayer cette longueur ! Pour la première fois depuis que j’ai quitté la France, il n’y a vraiment plus rien qui puisse m’arrêter.

Dernier bivouac ©Coll. Soline Kentzel

Dernière longueur dure, le 9ème jour. L’A5 traverse, 8a ©Coll. Soline Kentzel

Il me reste à remercier Seb

Nous grimpons les dernières longueurs, particulièrement exceptionnelles, et rejoignons le sommet. Avec Seb, nous convenons que je suis sans doute le.a (ou un.e des deux) pire grimpeu.r.se de trad ayant libéré.e El Cap; et celle ayant le moins de marge en terme de niveau à enchaîner Golden Gate. Mon cœur est léger, je suis soulagée, mais je suis surtout terriblement fière : de ce que mon corps est capable de faire, de ce que mon mental sait encaisser, et par-dessus tout, de la grimpeuse que je suis devenue. Il me reste encore à remercier Seb, qui est resté avec moi ces 9 jours dans une voie qu’il pourrait faire en un seul, et de m’avoir tant aiguillée. Lui qui met tant d’énergie à me pousser, sans cesse, à dépasser mes peurs, mes fatigues, mes doutes, mes limites ; qui fût à mes côtés à chaque entraînement, qui m’a guidée à travers le chemin sinueux de la progression pour que j’en emprunte la voie la plus courte. Lui, qui rend l’impossible possible, et qui a fait de moi une athlète.

Où se situe la performance ? Est-ce d’enchaîner du 7c+/8a après avoir passé une journée dans une tente minuscule frappée par une tempête de neige ? Est-ce d’enchaîner tout le reste, de vivre suspendue au-dessus du vide, en autonomie, tant de jours ? Est-ce d’avoir traversé l’Atlantique en voilier, tout en s’entraînant si dur que mon corps était plus fort qu’il n’a jamais été, au moment voulu ? À mes yeux, c’est de m’être crue capable d’une telle chose, d’être le cheval sur lequel personne n’aurait jamais parié.

Merci à tous nos soutiens et sponsors pour cette expédition, sans qui rien n’aurait été possible n’ont plus !

 

 ******

 

*L’histoire de l’escalade libre à El Cap mériterait un chapitre entier, voire plusieurs, d’un même livre. Avec cette réussite, Soline Kentzel devient effectivement la seconde plus jeune femme à libérer une voie majeure sur El Capitan, derrière Beth Rodden (voie Lurking Fear, 600 m, 8a+, avec Tommy Caldwell, en 5 jours, 2000), et la 6ème à gravir Golden Gate. Quatre femmes ont par ailleurs marqué l’histoire du libre à El Cap, en réussissant des ascensions à la journée de voies majeures : Lynn Hill en 1994 (1ère en libre et à la journée d’une voie sur El Capitan, via The Nose, 8b, 1000 m), Steph Davis et Mayan Smith-Gobat (via Freerider, 1000 m, 7c+, en 2004 et 2011), et enfin Emily Harrington par Golden Gate, à 34 ans, à l’automne 2020. Globalement, environ 25 grimpeurs/grimpeuses ont jusqu’ici réussi l’exploit de gravir El Cap en libre, et moins de 10 par le Nose, l’oeuvre de Lynn Hill.

532 Shares
Copy link