@

Le Couvercle, la seconde vie d’un refuge de montagne mythique

L’emblématique refuge du Couvercle, situé au cœur du massif du Mont-Blanc, s’apprête à rouvrir ses portes début juin après une rénovation totale dans le cadre du plan de rénovation de la FFCAM. Deux ans de travaux d’envergure, dans un site classé et difficile d’accès, qui avaient pour objectif de réhabiliter totalement le bâtiment tout en préservant l’héritage architectural, historique et culturel qu’il représente. 

Niché face aux Grandes Jorasses, dominant la Mer de Glace et le glacier de Leschaux, le refuge du Couvercle est surplombé par les sommets les plus mythiques. Ce camp de base historique, point de départ de grandes courses classiques telles que l’Aiguille du Moine, la Verte, les Droites, les Courtes, la Pointe Isabelle et bien d’autres encore fait toujours autant rêver les montagnards du monde entier. Il était cependant devenu très vétuste, avec notamment une toiture et un plancher qui menaçaient de s’écrouler. Construit en 1932 tout près du simple petit abri (élaboré lui en 1904 sous une immense dalle de pierre tombée de l’Aiguille du Moine et qui lui vaut ce nom de Couvercle), le fameux refuge de pierres fut agrandi en 1952 pour accueillir jusqu’à 128 personnes. 

Le Couvercle en travaux. ©FFCAM

Cette rénovation est aussi l’occasion de diminuer
l’empreinte environnementale du bâtiment

L’impact du réchauffement climatique sur les glaciers et sur les sommets alentours complique les chemins d’accès et modifie les saisons de pratique de l’alpinisme dans le secteur. Aujourd’hui, la saison du ski de randonnée peut être amenée à démarrer plus tôt qu’avant, et l’été, l’équipement de nouvelles voies d’escalade offre des possibilités inédites. Face à ces profondes mutations, la capacité d’accueil de ce refuge était devenue surdimensionnée et il a donc été décidé de la diviser par deux.

Passer à 64 couchages correspond davantage à la fréquentation actuelle et future et permet, sans modifier l’aspect extérieur du bâtiment, d’améliorer à la fois les conditions de vie et de travail des gardiens comme le confort des utilisateurs. La période de gardiennage évolue également avec un début de saison de ski de randonnée de plus en plus tôt dans l’année. Cette rénovation est aussi l’occasion de diminuer l’empreinte environnementale du bâtiment, notamment en modernisant la filière d’assainissement et les réseaux d’eau.

Le refuge du Couvercle rénové. ©FFCAM

Rénover pour transmettre

L’une des missions principales de la FFCAM est de réhabiliter ce patrimoine bâti pour le transmettre dans les meilleures conditions aux générations futures. Le refuge du Couvercle étant situé dans un site classé, la rénovation a fait l’objet d’une collaboration étroite avec la commune de Chamonix, les architectes Bâtiments de France et la direction Régionale de l’Environnement (DREAL) pour conserver le patrimoine architectural et l’intégration visuelle du bâtiment dans le paysage. Le permis de construire est ici soumis à l’autorisation du Ministère de la Transition Écologique.

Copy link