fbpx

Un président pour la montagne ?

Election présidentielle 2022

Pourquoi la plus haute, la plus symbolique montagne des Alpes, le mont Blanc, est-elle la seule à ne pas être protégée en France ? Parce qu’il faut une volonté politique. La volonté politique ne tombe pas du ciel, mais du suffrage universel, décroché de haute lutte par des générations successives. Pourquoi voter ? On ne vote pas pour un candidat, ou une candidate. On vote pour l’intérêt général. Et la montagne dans tout ça ? 

Les enjeux de la présidentielle, ce sont les choix collectifs qu’écoute le ou la futur(e) président(e) de la République. Dans notre Ve République à la verticalité parfois surplombante, le président gouverne, le gouvernement traduit, les parlementaires valident – ou non. Dans tous les grands domaines le Président imprime sa marque, que ce soit l’économie, l’environnement, l’éducation ou la justice, et le monde de la montagne, ses acteurs, et vous, lecteur, lectrice, êtes concernés. C’est le moment où l’on doit discuter du cap à prendre, comme le font les élus de l’ANEM, qui ont écrit 85 propositions à destination des candidats à l’élection présidentielle. 

©Jocelyn Chavy

Prenons l’environnement. Et bien, il reste beaucoup à faire (litote). Dans le volet « Mobilité » du Plan Avenir Montagne du gouvernement annoncé en 2021pas une seule fois n’était cité le mot « train » *. La compétence des transports est (d’abord) celle des régions, mais peut-on laisser pousser des « ascenseurs valléens » sans parkings bien dimensionnés, sans penser la mobilité nationale et internationale ?

Prenons l’économie. En montagne il pleut des dollars, pardon, des euros, en neige de culture, et cela ne semble pas près de changer – à quelques exceptions près (citons Métabief) qu’il faudrait multiplier. 

Gardons à l’esprit que les arbitrages sont faits au plus haut niveau de l’État, avec les Préfets d’un point de vue administratif et environnemental par exemple. Sur le plan économique, l’État, avec le bras armé de la Caisse des Dépôts, qui contrôle la Compagnie des Alpes, garde la haute main sur les projets de développement touristique de niveau national. Oui, en montagne, l’État peut beaucoup. Mais le veut-il ? En témoigne la visite d’Emmanuel Macron à la Mer de Glace en février 2020. Face aux conséquences du réchauffement climatique et au recul du glacier, le Président avait déclaré : « c’est vertigineux », et il ne parlait pas des Drus éboulés. 

Une nouvelle mandature est une occasion de faire que la montagne change.

Loin de nous l’idée de se ranger à l’idée, défaut bien français, que le Président peut tout, et doit tout faire. Mais une nouvelle mandature, quel que soit le Président élu, est l’occasion de briser l’immobilisme, de faire que la montagne change. Pour que la montagne soit préservée. Pour que des communes de montagne soient aidées à la transition du tourisme, et pour taper sur les doigts de celles qui se moquent des engagements qu’elles prennent. 

Pour que la montagne soit un territoire économique où ses habitants peuvent vivre. Pour que la montagne, sa culture, son patrimoine – y compris immatériel**- soient préservés. Pour que les sports de montagne soient accessibles pour les jeunes ou les moins favorisés. Pour que la montagne ne soit pas, comme dans les Hautes-Alpes, le sombre théâtre où l’État course des réfugiés. Pour que toutes celles, et tous ceux qui aiment la montagne puissent transmettre cette passion qui nous anime, ces paysages qui nous dévorent et nous construisent.

Pour toutes ces raisons, la rédaction d’Alpine Mag consacre un dossier spécial sur les enjeux de la présidentielle 2022 à découvrir ci-dessous.

* Lire à ce sujet la revue Les Passeurs n°2, la montagne zéro carbone mode d’emploi.

** L’alpinisme a été classé au Patrimoine Immatériel de l’UNESCO et sa pratique doit être défendue à ce titre par la France.

À LIRE DANS NOTRE DOSSIER SPÉCIAL 

Charles Dubouloz : satisfaction

Charles Dubouloz : satisfaction

C’est peu dire que Charles Dubouloz débuta 2022 avec fracas. Son ascension historique de 6 jours en solo et en hiver, en face nord des Grandes Jorasses, fut la plus relayée dans les médias, faisant souffler un air d’années 80 sur la presse française qui y consacra de...

Tiphaine Duperier : skieuse des hautes sphères

Tiphaine Duperier : skieuse des hautes sphères

La skieuse de 8000 avait rétrogradé l’altitude mais pas l’engagement, l’an passé, en s’aventurant avec son fidèle acolyte Boris Langenstein sur les pentes du Denali. Le but : descendre intégralement à ski la Cassin. Après une mise en jambe sur l’Orient Express (2000...

Markus Eder : le successeur de Thovex ?

Markus Eder : le successeur de Thovex ?

Le vainqueur du Freeride World Tour 2019 avait annoncé son retrait du circuit dès sa victoire acquise, afin de se concentrer sur la vidéo. Parcours classique du freerider moderne. Au terme de 105 jours de tournage, il sortait The Ultimate Run, réalisé par Christoph...

Samuel Equy : skieur long courrier

Samuel Equy : skieur long courrier

Déjà auréolé de plusieurs titres nationaux et d’un titre mondial chez les espoirs (verticale en 2019), l’isérois a passé un cap sur cette année sur les épreuves mythiques par équipe. Accompagné de Mathéo Jacquemoud, il finit au pied du podium de la Pierr’, mais...

Axelle Gachet-Mollaret

Axelle Gachet-Mollaret

Comme Eddy Merckx en son temps, Axelle Gachet-Mollaret semble dévorer toutes les courses qu’elle choisit de faire. C’est simple, si l’on n’est pas sur un sprint ou un relais, l’Arêchoise gagne. Sa constance est telle qu’on pourrait en faire une règle mathématique....

Janja Garnbret : Presque parfaite

Janja Garnbret : Presque parfaite

La championne olympique a honoré son titre en gagnant toutes les compétitions qui se dressaient devant elle jusqu’à septembre 2022, « seulement » deuxième à Koper et Édimbourg (en difficulté). Une petite pause intelligente en bloc pendant l’année lui a permis de tenir...

Théo Blass : très jeune surdoué

Théo Blass : très jeune surdoué

Le Montpelliérain a une nouvelle fois battu un record de précocité en devenant le plus jeune grimpeur à cocher un 9a. À seulement 12 ans et 9 mois, il a coché Trip Tik Tonik dans les Gorges du Loup, en septembre 2022. Ce n’est pas son premier fait d’arme, car il était...

Hillary Gerardi : plaisir de courir

Hillary Gerardi : plaisir de courir

Ce fut une année un peu en retrait pour Hillary Gerardi, sans victoire majeure à se mettre sous la dent comme ce fut le cas en 2021 sur le 90 km du Mont Blanc. Si on l’a moins vue sur les compétitions, l’Américaine installée dans la vallée de Chamonix depuis une...

Cédric Gras : communisme et alpinisme

Cédric Gras : communisme et alpinisme

oujours présent sur tous les festivals de montagne et d’aventure, notamment pour la promotion du film « Fedchenko, le glacier oublié » (de Christophe Raylat, avec Matthieu Tordeur), le prix Albert-Londres 2020 a été moins présent du côté édition. C’est sans doute...

Colin Haley : Solo malgré lui

Colin Haley : Solo malgré lui

Colin Haley disait ne plus être tenté par le solo, mais la flamme s’est rallumée en 2022. En plein hiver austral, il n’a pu résister à l’appel de la Patagonie et de la Supercanaleta du Fitz Roy. Le 19 septembre dernier, Colin Haley s’est offert la première hivernale...

168 Shares
Copy link