@
ABo-15j-gratuits

Colin O’Brady a bâti sa célébrité en affirmant avoir réussi la première traversée solo sans assistance de l’Antarctique en 2018. Il n’en est rien, puisque dès 1997, Borge Ousland réussissait ladite traversée en version longue. À la suite d’une nouvelle publication à charge, Colin O’Brady a tenté de répondre à ses pairs, qui, devant « ses déclarations fausses et trompeuses » ont répliqué à leur tour, balayant point par point ses choix et ses affirmations, dans une lettre publique signée entre autres par Borge Ousland, proposant au passage un nouveau système, le Polar Expedition Classification Scheme, pour faire le tri entre les pionniers et les aventuriers au rabais.

S’il y a une leçon à tirer de cette histoire, c’est que la vérité, in fine, est plus solide qu’un discours, fut-il bien enrobé. Le 27 décembre 2018, l’américain Colin O’Brady annonçait la réussite de sa traversée de l’Antarctique de 1700 kilomètres en 54 jours. Depuis ce jour, l’américain clame être le premier homme à avoir réussi la traversée de l’Antarctique en solo, sans assistance et sans soutien, baptisée par lui-même « l’impossible première ». Or, ce n’est pas le cas, comme nous en faisions l’écho dans notre article du 9 janvier 2019 intitulé Tricherie au pôle sud, article reposté par Borge Ousland. Ce n’était pas le cas alors, et pas plus aujourd’hui, alors que l’affaire connaît plusieurs rebondissements.

Le 3 février dernier, National Geographic a publié un article critiquant ouvertement les choix de Colin O’Brady, et sa prétention à être le recordman qu’il n’est pas. Celui-ci a ensuite répondu aux accusations – les mêmes que les observateurs faisaient depuis un an – demandant la rétractation du journal, avant de s’attaquer dans les médias US à ses « pairs ». Un collectif de 48 explorateurs polaires, dont Borge Ousland et Mike Horn, ont donc signé une lettre à leur tour pour clouer le bec à O’Brady, et soutenir le reporter du National Geo. Dans ce communiqué, le collectif rappelle que « l’article de fond (du National Geo, NDLR), publié le 3 février, cite une variété d’experts déclarant que O’Brady a induit les médias et le public en erreur sur la nature, le risque, la difficulté et la signification historique de son périple très médiatisé », et pointe « une auto-promotion exagérée », qui serait sans doute acceptée si Colin O’Brady n’oblitérait pas volontairement des points cruciaux de son aventure, qui ne serait-ce qu’en termes de kilomètres n’a que peu à voir avec ses prédécesseurs – ou avec le fait que sa traversée dite impossible a déjà été réalisée plusieurs fois. (…) 

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link