fbpx
@

L’alpage de Pravouta est à cheval entre deux mondes : celui, paisible, des forêts de la Chartreuse intérieure et celui, aérien, de la barrière orientale, dont la Dent de Crolles tout proche forme une tour d’angle. Pravouta et son petit sommet se double du Roc d’Arguille, échine abordable et logique. Si l’accès versant oriental par le col du Coq est le plus couru en été, nous conseillons ici l’accès depuis St-Hugues en hiver. Un départ au coeur de la Chartreuse, avant d’atteindre le meilleur point de vue sur le plus haut sommet du massif, Chamechaude.

Pravouta a son habert, son alpage quasi parfait, avec une vue imprenable sur la forteresse de Chamechaude : le contraste est saisissant entre ces refliefs assez paisibles et les sommets anguleux et massifs que sont Chamechaude et la Dent de Crolles. Pravouta est un univers qui se déguste avec rapidité, l’été, au départ du col du Coq, dont la route est fermée l’hiver. Depuis Saint-Hugues celle-ci est rapidement close. Il faut donc un peu plus de temps : depuis le hameau de Brévardière, le chemin bien identifiable coupe les lacets de la route jusqu’aux abords du col du Coq. De là, on a le choix entre se ruer au sommet, ou simplement en faire le tour dans le sens des aiguilles d’une montre pour atteindre l’alpage de Pravouta, orienté à l’ouest.

Chamechaude s’impose dans le paysage, forteresse immobile aux traits puissants

Peu avant le habert de Pravouta, un collu livre l’accès, au choix, au sommet de Pravouta à droite (non nommé mais coté sur IGN, 1760 m), ou au Roc d’Arguille à gauche (1768 m). L’idée est bien de visiter cette crête comme bon vous semble. A condition d’éviter les pentes est sous le Roc d’Arguille, et de prendre garde aux barres en versant ouest, le secteur est tranquille, et plus particulièrement celui du point 1760m. La Dent de Crolles toute proche semble inaccessible au randonneur – et le skieur de rando devra veiller aux conditions, non ventées, pour s’y risquer. Mais c’est Chamechaude qui s’impose dans le paysage, l’évidence d’une montagne magique aux traits familiers mais puissants. 

Alpage de Pravouta. © JC

Chamechaude se dévoile. ©JC

Chamechaude émerge depuis les forêts de Pravouta. © Jocelyn Chavy

À g. le habert et l’alpage de Pravouta, à droite le Roc d’Arguille. Au fond à g. le Grand Som. © JC

La Dent de Crolles depuis Pravouta. © JC

Panoramique aérien. De gauche à droite : la crête de Pravouta, le Bec Charvet, Chamechaude. © Jocelyn Chavy

Sommet : Pravouta (1760m, non nommé sur IGN) et le Roc d’Arguille, 1768 m

Dénivelé : 800 m

Horaire moyen : 3h30 à 4h pour la boucle

Point départ : Brévardière, au-dessus de St-Hugues-de Chartreuse. La route est fermée en hiver peu après : quelques places au point 951m. Si plus de place, revenir se garer en aval de Brevardière, à l’embranchement 500 mètres avant, au point 894 m.

Itinéraire : depuis le point 951m, sous les maison de la Pérelle, un chemin monte en diagonale à droite, suivre les panneaux « raquettes » direction col du Coq. Assez large, le chemin monte en forêt sans répit jusqu’au point 1230 m, d’où il coupe régulièrement la route du col du Coq. Bien suivre les panneaux « raquettes ». Avant le col, possibilité de suivre la piste qui coupe à flanc main gauche jusqu’au point 1457 m, ou sinon, depuis le col, suivre le GR d’été qui monte parallèlement à la piste, 150m de denivelé plus haut. On atteint l’alpage de Pravouta, versant ouest, vers 1600 m. Le habert est un peu plus au nord. De là, monter au collu par la droite entre les deux sommets de Pravouta au sud et du Roc d’Arguille au nord. Descente par le même itinéraire.

Variantes : par bonnes conditions, il est possible de suivre la crête sud-nord de Pravouta depuis le col du Coq, et d’effectuer une boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Enfin, une autre belle variante consiste à monter au col des Ayes depuis le col du Coq avant de monter à Pravouta.

Conseils : ne pas couper à la descente (ou à la montée) sous le point 1454 m : forêt raide et sentier peu décelable. Privilégier une bonne visibilité pour cet itinéraire, bien que facile : le brouillard peut rendre l’orientation difficile et du point de départ jusqu’au col du Coq il n’y a pas de réseau.

Plus d’infos sur la raquette à neige en Isère

N’oubliez pas de prendre la météo, et, même si cette rando est plutôt abritée, le bulletin d’estimation des risques d’avalanches, et éventuellement le tryptique DVA-pelle-sonde selon la période.

Copy link