@

C’est sans doute l’un des itinéraires les plus célèbres d’Amérique du Nord : la voie Cassin, sur le Denali (anciennement McKinley). L’archétype d’une voie classique mais très engagée, aux dimensions hors normes de l’Alaska : 2500 mètres de dénivelé, et un final à 6190 m. L’américaine Chantel Astorga en rêvait, et elle l’a fait : le Denali en solo par la Cassin en 14h39.

Le 14 juin, à vingt heures, ce qui est tôt pour une soirée en Alaska, Chantel Astorga posait le pied  au sommet du Denali, après 14 heures et 39 minutes d’effort pour venir à bout de la Cassin, la voie la plus élégante et la plus classique de la face qui mène au point culminant de l’Amérique du Nord. Astorga est familière du Denali, puisqu’elle y a travaillé comme guide pendant au moins quatre saisons, comme elle nous l’avait raconté.

C’est une jeune femme décidée que nous avions rencontrée au festival de Ladek, en Pologne. Chantel Astorga y avait sa place au milieu du gratin de l’alpinisme, et pour cause. Avec Anne Gilbert Chase, elle y a reçu un Piolet d’Or pour leur ascension du Nilkantha, 6596 m, en Inde, en 2017 : elle formait une cordée de trois avec Jason Thompson, le mari d’Anne.

Pour les observateurs attentifs, ce Piolet d’Or bien mérité n’était pas attribué à des inconnues : en 2015, Chantel Astorga a réussi la première féminine avec Jewel Lund du Diamond Headwall sur le Denali. En

Copy link