@

Ils voulaient être la « première expédition « entièrement noire » à gravir l’Everest. C’est chose faite. Six membres de l’expédition américaine Full circle Everest (sur neuf au total) sont parvenus au sommet du toit du monde ce jeudi 12 mai 2022, vers midi. Si la motivation raciale peut laisser dubitative une partie de la communauté montagnarde, elle prend néanmoins un sens tout particulier aux Etats-Unis, alors que le mouvement Black Lives Matter perdure, dans un pays toujours en proie aux violences raciales. Une ascension hautement symbolique.

Souvenez-vous, le film Black Ice avait fait sensation dans les festivals à l’automne dernier (projection de rattrapage au prochain Chamonix Film Festival !). On y découvrait une équipe de grimpeurs dont le point commun revendiqué était leur couleur de peau. Sujet sensible, a fortiori dans un pays comme les Etats-unis. Alors que le mouvement Black Lives Matter secouait justement le pays et le monde, une bande de grimpeurs et alpinistes réunis depuis le Colorado décidait de s’attaquer au sommet du monde. Tout un symbole avec le but affiché de toucher l’ensemble de la communauté afro-américaine et au-delà.
Dans le film, les black climbers découvraient pour certains le froid et la glace avec humour, et l’on pouvait croire à un film comique, façon Rasta Rockett. 

Pourtant, leur entraînement et leur motivation semblaient indestructibles. Ils l’ont prouvé ce jeudi 12 mai 2022 en foulant la cime de l’Everest. 

Au camp de base de l’Everest. ©Full Circle Everest

C’est le responsable de l’agence Shangri-La

Copy link