fbpx
@

Guide de haute montagne, Simon Destombes vit pour la passion de la découverte, du ski libre par delà les frontières. Juste avant que celles-ci ne ferment, il a exploré les montagnes du Tadjikistan, un pays de l’ex-URSS au coeur de l’Asie Centrale. Et en a ramené, comme à son habitude, des photographies qui racontent ce qui paraît aujourd’hui d’autant plus extraordinaire, un périple dans le Pamir.

Partir. Découvrir de nouvelles montagnes, voir plus loin, derrière le col, par-de là les frontières. Juste avant que celles-ci ne ferment, Simon Destombes et Jean Annequin ont emmené un groupe de skieurs de randonnée à la découverte d’un pays oublié, le Tadjikistan. Simon en a ramené ces cartes postales d’un pays aussi lointain qu’on peut l’être aujourd’hui, la réminiscence d’un voyage hors du monde, le souvenir aigü d’une poudreuse légère sous les spatules, et la rencontre des montagnards Tadjiks.

Pendjikent, Tadjikistan.
Premiers pas et déjà cette étrange sensation d’entrer dans un monde dont on ne sait si c’est le début ou la fin. ©Simon Destombes

Introspection
La neige est là, à la fois strictement semblable à celle que je connais et pourtant si différente. Je jurerai qu’elle a un petit goût de vodka et de charbon…. ©Simon Destombes

2700m, sur la route du Tunnel d’Anzob.
Tout semble à l’arrêt comme figé à une autre époque. © Destombes

Immersion.
Premières montagnes et déjà nous imaginons des itinéraires. Un col, un sommet, les possibilités sont infinies. © Simon Destombes

Toujours plus loin.
Les repères s’évaporent, pas de carte, sommets aux noms qui nous échappent, on y est !  ©Simon Destombes

Economie de moyens.
Une pièce, un poêle ce sera notre camp de base pour ce soir. ©Simon Destombes

À quoi bon soulever des montagnes quand il est si simple de passer par-dessus ?
Boris Vian. © Destombes

Rencontre. © Simon Destombes

Un supplément d’âme.
Ce qui fait toute la différence entre une croisière Costa et notre voyage c’est vous amis Tajiks, croisés au hasard de nos périgrinations, qui nous l’avez apporté. Vous nous avez accueilli de la plus belle des manières, curieux de ces drôles d’énergumènes vêtus d’habits flashy, venus descendre vos alpages. Vous nous avez ouverts les portes de vos maisons et nous y avons fait la plus belle des découvertes.

Encore et encore.
Hier c’était poudre coté nord, aujourd’hui moquette de printemps au sud. ©Simon Destombes

Dans le canyon. ©Simon Destombes

Ombre et lumière.
Plaisir de l’exploration dans ce canyon qui nous mènera à une mine où vivent 4 travailleurs confinés là haut depuis 4 mois. Il attendent le printemps et l’ouverture de la route qui les relie à la vallée. Surprenante analogie avec ce qui nous attends à notre retour en France.

Roule ma poule !
Et non la glisse ne nous n’est pas réservé. Etonnement et admiration devant ce jeune habitant de Ziddi. © Destombes

Le village perdu de Ziddi.
Entre élevage, mine de charbon et exode citadin la vie dans ces villages est plus rude que ce que laissent paraître ces images. © Destombes

©Simon Destombes

Seuls se plaignent les sots.
Courons gaiement le monde
Contre vents et marées ;
S’il n’est de dieux sur terre,
Nous serons dieu nous-mêmes.

Le voyage d’hiver – Wilhelm Müller

Peshaya – 4146m
Avec plus de 50% du territoire au dessus de 3000m le Tadjikistan a un goût de paradis. © Destombes

Redescente…
Penjikent, dernier jour, à quelques kilomètres de la frontières Ouzbek d’où nous devions prendre notre vol de retour. Mourod nous annonce la fermeture de la frontière. Brutal retour à la réalité. Le temps passé hors du monde s’évapore soudainement.

© Simon Destombes

Copy link