fbpx
@

Guide de haute-montagne, Yann Borgnet est aussi doctorant au laboratoire de sciences sociales Pacte. Il a mené une enquête sur les guides et le changement climatique, soutenue par le Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM). Interrogé sur son travail pour la revue les Passeurs, voici l’intégralité de son interview, qui donne à réfléchir aussi bien au futur de la profession de guide qu’à celui des pratiquants.

Quel était l’objectif de ton enquête ?

Yann Borgnet : Le changement climatique est une des grandes problématiques que la profession de guide va devoir collectivement gérer, étant une profession fortement impactée. Par ailleurs, le changement climatique s’accompagne de changements culturels majeurs. Cette enquête vise à explorer les stratégies d’adaptation subies, et celles qui seraient anticipées et proactives. Pour 67% des guides interrogés, le changement climatique est une menace pour le modèle économique.

Quelles sont les conséquences de ce changement climatique pour les guides ?

Yann Borgnet : Certains ont peur d’aller en montagne, d’autres constatent que le niveau technique, l’été, devient plus élevé en raison du retrait glaciaire, et surtout, il y a une transformation de l’imaginaire. Des guides considèrent que le retour vers l’alpinisme rocheux en zone non glaciaire et l’escalade sont une solution. Mais il faut convertir la clientèle. D’autre part, des guides changent de massif pour échapper aux zones soumises à la fonte du permafrost. Pour certains l’hiver devient une saison primordiale. Mais en même temps il y a une désaisonnalisation des activités. (…)

La suite pour les abonnés

. . .

Copy link