Votre mot de passe vous sera envoyé.

Push | La vie au bout des mains

Alors qu’il vient de battre le record de vitesse dans l’ascension du Nose, à El Capitan (Yosemite) avec Alex Honnold, Tommy Caldwell voit son livre Push sortir en France. Justement, cette autobiographie dévoile son obsession dévorante pour le Yosemite et ses voies extrêmes. Mais pas que. Au-delà d’un récit de grimpe, ce livre puise sa force dans les incroyables péripéties qui jalonnent la vie de Caldwell, d’un kidnapping aux histoires d’amour, jusqu’au fameux Dawn Wall. Un véritable roman.

Une biographie de grimpeur ? Ok, une liste de course quoi.
Qui plus est de 40 ans à peine et écrite par lui-même ? Ok, un truc vite écrit par un gars prétentieux au point de raconter sa vie à peine après l’avoir entamée.
La vie au bout des mains en sous-titres ? Ok, « au bout des doigts » était déjà pris par ce bon vieux Edlinger, il y a 30 ans déjà… Quoi de neuf sinon ?
Et bien tout ! Si vous pensez à tout ça en approchant du pavé de Caldwell (517 pages), vous aurez eu les mêmes a priori que nous. Mais à la lecture, ces craintes s’estompent rapidement et l’on se fait happer par le récit de l’un des meilleurs grimpeurs de l’histoire, humain, terriblement humain. La difficulté avec ce genre de livre, c’est qu’on en connaît souvent les grandes lignes et à coup sûr la fin (oui oui, il parviendra à enchaîner le Dawn Wall en libre, c’était même à la une du New York Times… Ah pardon, vous étiez sur la planète mars début 2015, désolé.)

Push, Tommy Caldwell, Glénat, 2017.

En Patagonie,
je suis allé trop loin.

Mais peu importe que vous connaissiez Caldwell, le milieu de l’escalade US, l’histoire du Yosemite ou la topographie de ses voies. Avec Push, l’américain déroule un récit dont l’escalade est évidemment l’aiguillon, mais avec une dose de rebondissements qui frisent l’incroyable et vous tient en haleine. Et pour cause : une relation père-fils totalement orientée vers la montagne ? C’est bien, mais Caldwell va finir par se révolter contre ce qui semble pourtant être une énorme chance. Une histoire d’amour qui roule ? Oui, passionnée mais dévorante. Une expé au Kirghizistan ? Avec ascension à la clé certes, mais option kidnapping et ravisseur poussé de la falaise svp : « Je venais de tuer quelqu’un ». Un projet de voie extrême sur El Cap’ ? Oui, mais moyennant 7 ans de travail et même une phalange d’index en moins, à la main forte, pour cause de scie circulaire aiguisée. N’en jetez plus, le livre en réserve d’autres.
Au fil de ces rebondissements, Caldwell parvient à prendre du recul sur sa passion, son apparente inutilité, la résilience nécessaire aux doses d’entraînements inhumains qu’il s’inflige, les risques pris, notamment lors de sa traversée de la chaine du Fitz Roy avec Alex Honnold en Patagonie, en 2014, et les nouvelles perspectives face au risque, une fois qu’il fut lui-même devenu père : « En Patagonie, je suis allé trop loin ».

Surtout, Caldwell s’inscrit dans la longue histoire du Yosemite, jusqu’à en devenir l’un des grimpeurs clé : « Il me semble qu’hier encore, j’étais ce petit ringard qui voulait se faire accepter par les dirtbags du Yosemite ». Avec le Nose en 2h10mn et 15, lorsque Warren Hardings l’ouvrait en 45j en 1957, Caldwell se fait également une place dans la catégorie des speed-climbers du Yos’, aux côtés des Hans Florine, Brad Gobright et bien évidemment Alex Honnold, avec qui il vient de battre le record.
Concernant le Dawn Wall, qui est l’aboutissement de ce livre (et de sa vie ?), le récit au jour le jour de la libération se révèle étonnamment passionnant. On se prend même à apprécier une suite de descriptions de mouvements, habituellement ennuyeux : « « Il fait glisser ses doigts vers une lame de rasoir avant de ramener rapidement son pied droit sous lui ». Va-t-il tenir ? Le suspens est insoutenable. Vraiment.  Bref, Push est un livre complet, aussi épais que facile à lire, qui saura tenir en haleine les spécialistes de la question comme les néophytes à la recherche d’une histoire prenante, qui plus est réelle, ce qui ne gâche rien.

©Ulysse Lefebvre

©Brett Lowell/Big Up Productions