El Capitan | Incroyable record sur le Nose en 2h10 et 15 secondes

Le 30 mai, Alex Honnold et Tommy Caldwell ont établi un nouveau record d’ascension du Nose. 2 heures, 10 minutes et 15 secondes ont suffi pour gravir El Capitan par sa voie la plus emblématique. Un temps hallucinant pour un bigwall de 1000 mètres, et qui bat de plus de neuf minutes le record précédent.

On n’a pas fini d’en parler. Alors que le record précédent sur le Nose vient de faire l’objet d’un beau film en timelapse, les nouveaux hérauts du Yosemite Alex Honnold et Tommy Caldwell ont carrément fixé un nouveau standard. Comment en est-on arrivé à gravir mille mètres d’escalade très difficile en moins de temps qu’il n’en faut à une cordée pour gravir trois longueurs ? La plupart des cordées mettent encore trois jours pour gravir le Nose, ouvert par Warren Harding en 1957 en 45 jours. En 1975, la cordée de Jim Bridwell, John Long et Bill Westbay fut la première à accomplir l’exploit de gravir le Nose en une journée. En 2002, la cordée Hans Florine-Yuji Hirayama battit le record (2h48), le rendit à la cordée des frères Huber (2h45 en 2007), puis le reprit (2h43 puis 2h37m en 2008). Un horaire hallucinant que deux passionnés du Yosemite, Dean Potter et Sean Leary ont battu à leur tour en 2010 d’une poignée de secondes (2h36m45) avant qu’Alex Honnold avec le vétéran Hans Florine, n’établisse le temps de 2h23m46s, en 2012.

Comment en est-on arrivé à gravir mille mètres d’escalade très difficile en moins de temps qu’il n’en faut à une cordée pour gravir trois longueurs ?

Depuis, personne ne pensait que ce temps incroyable puisse être battu. Mais le 27 octobre dernier Brad Gobright et Jim Reynolds ont relevé le défi : après onze tentatives, la cordée Gobright et Reynolds touchait l’arbre au sommet de la voie 2 heures, 19 minutes et 44 secondes plus tard, soit environ quatre minutes de moins que le record d’Alex Honnold-Hans Florine. Un nouveau temps qui visiblement a titillé Alex Honnold, décidé à reprendre le flambeau. Début mai il commence à s’entraîner avec Tommy Caldwell sur El Cap. Caldwell a le Dawn Wall (9a) en libre à son actif, et surtout la cordée est rodée avec la traversée de la chaîne du Fitz Roy à son actif en 2014. « On a grimpé le Nose 8 fois au cours des dernières semaines. » explique Alex Honnold sur les réseaux sociaux. Le 22 mai, après une ascension de « rodage » menée tambour battant, Tommy Caldwell constate : « le truc sympa avec le fait de grimper El Cap en 2 heures et demi, c’est que ça laisse le reste de la journée pour s’occuper de la famille ! » Le père de deux enfants ironise : « Mis à part une chute de 30 mètres pour moi et la peau d’un doigt en moins pour Alex nous avons gardé la sécurité en premier. » En l’occurrence, la technique utilisée est un mélange de simul-climbing et de short fixing. L’escalade en simultanée est utilisée dans les longueurs les plus simples, avec plusieurs Traxion Petzl entre les deux grimpeurs. Mais une grosse partie du Nose requiert la technique du short fixing, très risquée pour le leader qui gravit une longueur, fixe la corde pour le second qui remonte au jumar pendant que lui effectue la première partie de la longueur suivante avec une boucle de mou fixée au relais. Autant dire que la chute du leader est déconseillée.. ce qui a valu visiblement une belle frayeur à Caldwell lors des essais.

« Il a souvent été dit qu’il était impossible de grimper le Nose en moins de deux heures, mais vous le ferez… » dixit Alexander Huber. C’est la question que tout le monde se pose, alors même qu’il paraît absolument incroyable de gravir une paroi de mille mètres en 7a/A1 dans un temps aussi court. Hans Florine, qui s’y connaît, a écrit : le record du Nose descendra sous les deux heures avant celui du Marathon…