@

Même s’il en impose au milieu du paysage, Zermatt ne se résume pas au Cervin. D’autres 4000 vous attendent comme l’Ober Gabelhorn, dont l’altitude raisonnable, 4063 m, ne doit pas faire oublier le caractère aérien. En traversée, de l’Arbengrat à la Wellenkuppe, cette magnifique course longue et engagée est un concentré d’alpinisme valaisan.

Ce genre de course a ce tropisme qui fait que la descente devrait plus vous préoccuper que la montée. Car ici comme à la Meije, un exemple pas si différent, atteindre le sommet n’est qu’une étape de la course, la traversée d’arêtes et la descente qui suit étant le plat de résistance. Commençons par les présentations. L’Ober Gabelhorn est cette cime élégante, dont la face nord, diamant des Alpes, a attiré les meilleurs skieurs de pente raide. Il est gravi en 1865 par la cordée d’Horace Walker menée par Jakob Anderegg, oui, le même Horace qui a légué son nom au point culminant des Jorasses en 1868, fait la première de la Barre des Écrins en 1864, et la Brenva cette même saison 1865. Autant dire que ces pionniers étaient la crème des alpinistes de la fin du XIXème siècle. Et l’Ober Gabelhorn n’est pas moins pointu aujourd’hui.

L’arête ouest-sud-ouest, appelée Arbengrat, a été gravie pour la première fois en 1874, tandis que la traversée par la Wellenkuppe, l’arête Est, a été découverte en 1890. Cette traversée ici dans le sens ouest-est peut être réalisée dans l’autre sens. Quelque soit votre choix, l’ensemble reste une course

Copy link