Marathon du Mont Blanc : bilan d’une cohabitation (f)estivale

le podium féminin avec Sara Alonso, l'espagnole qui a gagné le marathon cette année ©Saragossa GWS

En 1979, Christian Roussel crée le Cross du Mont-Blanc. Imaginait-il ce 23K devenir 8 courses aux 10000 inscrits ? Et cette petite sœur de 42K née en 2003, qui donnera son nom aux 3 jours de festival ? Le weekend dernier, c’était le Marathon du Mont Blanc, et la 2e étape du circuit Golden Trail a fait carton plein, Chamonix itou, et le Cross fêtait ses 43 printemps. Un festival du trail, en quelque sorte.

C’est l’histoire d’un couple, qui un jour préféra faire chambre à part. Décor ? Club des Sports de Chamonix, 2007. Le Cross part le dimanche matin, et c’est comme ça depuis 1979. Mais depuis 2003, il y a l’autre, là. L’UTMB ? allons donc, la grand-messe naitra…tiens, la même année mais deux mois plus tard. Non, il y a ce tout nouveau « 42K du Mont-Blanc » qui s’élance lui aussi le dimanche matin. En 2003, Éric Lacroix l’inaugure sur un parcours alors simple : un semi-marathon ajouté aux 23 kilomètres du Cross. Mais avec deux si belles épreuves le même jour, la mayonnaise ne prend pas. Il en va d’une course comme de la politique : c’est une rencontre avec son public (fonctionne aussi avec les français). Alors, magnanime, le Cross pris la parole. « Je préfère qu’on reste amis. Et je te laisse le lit ». Ce fut la meilleure décision de leur vie. À partir de 2007, le 23K partira le samedi matin, et le 42 le dimanche –

Copy link