Votre mot de passe vous sera envoyé.

Le tour de la France exactement Lionel Daudet, Gilles Charensol

 

 

C

ela commença par une idée folle. Ce fut un exploit singulier. Une expédition au long cours et décroissante, sans avion ni voiture. Après avoir bouclé un acrobatique tour des Hautes-Alpes en 2007, Lionel Daudet a eu la même idée, mais sur les frontières administratives de la France entière. Il a ainsi traversé intégralement les Alpes et les Pyrénées. En 2012, l’alpiniste aventurier est devenu le seul et unique homme à avoir parcouru le fil exact de la frontière française, et le restera sûrement.
Point de départ de l’aventure : le mont Blanc, août 2011. Point d’arrivée : le mont Blanc, novembre 2012. « La symbolique du mont Blanc est très forte dans l’inconscient des français » explique Dod. « Quand tu dis à un paysan du Nord de la France que tu viens du mont Blanc à pied, il te comprend tout de suite, même s’il n’a jamais vu le mont Blanc. » Lionel veut que son projet soit intelligible, compréhensible par tous : effectuer un « tour de la France » exact, en suivant au plus près la frontière terrestre et le littoral, « sans aucun moyen motorisé », à pied, à la rame, ou à vélo. Dès lors, c’est la géographie, et le climat, qui décident. Le « Dodtour » joue à la fois dans le registre néo-classique de l’aventure, c’est-à-dire suivre une ligne imaginée par l’homme et pas toujours logique (Mike Horn sur l’Equateur, John Harlin et son tour de Suisse), et dans un registre novateur mixant (comme Mike Horn) les moyens de progression (VTT, kayak, escalade…) pour, dixit Lionel, « décloisonner les domaines de l’aventure ». Le tout dans une recherche de beauté du geste et de perfection esthétique (suivre la ligne exacte en cochant les bornes frontières) qui l’oblige à l’alpinisme de haut-niveau, la France étant bordée de deux murailles en guise de frontières Est et Sud, rien de moins que les Alpes et les Pyrénées soit deux traversées majeures.