@

L’émergence d’itinéraires de ski de randonnée balisés et sécurisés, mis en place par les domaines skiables, ouvre la brèche d’un accès payant à l’activité. Mais les conditions restent à définir et cette éventualité demeure lointaine.

En août dernier, la station de sports d’hiver d’Aspen, perchée au coeur des Rocheuses (Colorado) aux États-Unis, a annoncé la mise en place d’un « forfait montée » pour les skieurs de randonnée. Cet hiver, pour la première fois en 75 ans d’ouverture du domaine skiable, seuls les pratiquants s’étant allégés de 69$ pour la saison (ou ceux détenteurs d’un forfait saison classique à 2 899$) ont l’autorisation d’accéder au sommet de la station à la force de leurs jambes. D’après le journal local The Gazette, cette décision fait suite à « l’explosion de la popularité du [ski de randonnée] ces dernières années ».

L’activité connaît le même succès en France où l’on ne partage pas, toutefois, la culture d’un accès payant aux espaces naturels. Pourtant, la création en cours d’itinéraires de ski de randonnée balisés et sécurisés dans les massifs hexagonaux ouvre la brèche d’une monétisation de la pratique. Peut-on s’attendre à ce que le ski de randonnée soit bientôt payant en France ? Sous quelles conditions ? Pour le meilleur, ou pour le pire ?

Les itinéraires de ski de rando de Chamrousse resteront-ils gratuits ?

Aller au-delà des conflits d’usage

Depuis plusieurs mois, la FNSSDS (Fédération Nationale de la Sécurité et des Secours sur les Domaines Skiables) et la

Copy link