@

Réélu en 2021 pour un deuxième mandat à la présidence de la FFCAM, Nicolas Raynaud a posé sa démission le 1er mai dernier pour raisons de santé. Qu’est-ce que son départ implique pour la fédération ? Entretien avec la nouvelle présidente par intérim, Bénédicte Cazanave.

Pour la première fois, la Fédération française des clubs alpins de montagne est dirigée par une femme. Bénédicte Cazanave, retraitée de la magistrature et secrétaire générale de la fédération depuis 2017, a été élue présidente par intérim suite à la démission de Nicolas Raynaud. Elle occupera ce poste jusqu’à la prochaine assemblée générale de la fédération, prévue en janvier 2023 au Mans.

Originaire de Marseille, Bénédicte Cazanave a grandi un pied en montagne, l’autre en littérature. Les mots de Frison-Roche et la poésie de Samivel la conduisent vers des études de lettres et de droit. Au même moment, à vingt ans, elle adhère au club alpin dont elle salue aujourd’hui la « dimension historique et presque romantique ». Après avoir obtenu le diplôme de la magistrature, elle commence sa carrière comme juge d’instruction à Bonneville, en Haute-Savoie. Le droit, elle en est convaincue, est « partout. C’est ce qui permet de vivre ensemble ». En 2005, elle aligne passions et convictions en intégrant le comité juridique de la FFCAM. De l’intérieur, elle tâche de rapprocher deux milieux que, sur le papier, tout oppose : la montagne et la justice. Cinq ans plus tard, elle entre au comité directeur national, puis au

Copy link