fbpx

Chalet alpin de la Bérarde

©Bénédicte Schouler

Écrins, 1740 m

Isère

La Bérarde ! La Mecque de l’alpinisme. Au plus profond du massif des Écrins, aux portes du parc national et au carrefour des Etançons et du Vénéon, c’est un centre névralgique, un point de départ, un port d’attache. Aussi mythique qu’esthétique, le hameau accueille tout autant les jeunes fougueux de retour après une longue bambée, que les plus vieux qui fuient l’agitation du monde d’en bas. Ici la route vous amène jusqu’à l’entrée du village, puis s’arrête. Plus de voitures, juste des sentiers, des vallées, des torrents et des sommets. L’aventure, la montagne, la vraie !

Parmi les quelques habitations qui composent la Bérarde, un bâtiment se démarque. C’est le chalet alpin du CAF, un point de chute grand confort qui participe activement à la vie du hameau. Véritable camp de base des alpinistes et des randonneurs, le chalet est un incubateur de grands projets. Grimper à la Tête de la Maye, skier du côté des Étançons, flâner le long du Vénéon ou partir à l’aventure vers plus hauts sommets de l’Oisans – et leur refuge -, tout semble possible depuis cette grande demeure. On y retrouve pléthore de cartes et de topos. Le temps s’y écoule tranquillement. Détente et repos sont les maîtres mots. 

On se surprend alors à penser aux générations d’alpinistes qui ont participé à la renommée du hameau, ceux qui passaient leur saisons et leurs vies entières à vivre ici – le village était habité à l’année jusqu’en 2009. Avec les transats, les douches et la cuisine aux petits oignons, aujourd’hui, tous les voyants sont au vert pour venir s’installer. Quoi que, il y a l’hiver.  Selon l’enneigement, la route est fermée parfois jusqu’à mi-avril. Le village est alors coupé du monde. Le Chalet Alpin devient un refuge isolé et rustique, un paradis pour certains.

Alors si malgré tout l’envie de jeter son ancre de manière pérenne ne vous effleure pas l’esprit, s’arrêter quelques instants au Chalet Alpin pour siroter un verre sur la terrasse au soleil reste un incontournable. Et ce, que l’on ait mal aux jambes ou non.

Période de gardiennage : Pour la saison printanière, le chalet est ouvert du 29 mars au 8 mai 2024. Pour l’été, il sera ouvert du 6 juin au 14 septembre 2024.

Hors gardiennage : En dehors de ces périodes, le refuge d’hiver ouvre seulement quand la route est coupée. On y retrouve un dortoir avec du gaz et des couvertures pour 19 places. Il n’y a pas de matériel de cuisine à l’exception de gamelles pour faire fondre la neige.

Contact 04 76 79 53 83 ; plus d’infos et réservations sur la page web dédiée

Le refuge sur Alpine Mag

ÉCRINS PANORAMIQUES À LA TÊTE DE LA MAYE

LA VIA FERRATA DE SAINT-CHRISTOPHE-EN-OISANS